Catherine Bell Forum Français

Non-officiel
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 JAG- Save me from my dark [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Lun 12 Nov - 19:42

voici une fanfic écrite depuis près d'un an, c'était une partie de mon cadeau à ma mars di namour.

J'espère qu'elle vous plaira.



Auteur: Elodie alias majandraelo
E-mail: catherinebellmac@hotmail.com
Résumé : Mac suite à son endométriose et la mort de Clay se retrouve plongé dans son ombre, son vide dont elle a besoin d’être sauvé. Le seul homme qui peut le faire est Harm. Commence alors le début d’une nouvelle relation dépassant largement le stade de l’amitié.
Catégorie : shipper Harm/Mac, triste
Saison : 10

**********


Prologue :

4%.

Une toute petite chance de créer. De devenir quelqu’un. De donner la vie. De donner un sens à sa vie.

Ce sont mes 4%.

Comment un simple chiffre peut-il détenir votre vie ? Comment ?

On ne se rend pas compte que la vie est tenue par seulement quelques fils très sensibles et qui peuvent se briser à tout moment. On ne le voit que lorsque le fil est à deux doigts de se briser.

Je suis plongé dans le noir de mon appartement, je ne veux pas allumer et tomber face à mon image. Je sens une larme couler sur ma joue et je ne l’efface pas. A quoi bon. Ce ne sont que quelques larmes qui s’échappent. Je n’arrive pas vraiment à pleurer. Je ne veux pas pleurer.

Cela fait 2 semaines que Clay est mort et j’ignore si c’est de la peine ou de la colère que je ressens en moi. Il m’a menti au sujet de sa mission, ce n’est pas la première fois et savoir qu’il puisse me mentir me fait me poser des questions sur nous, sur la sincérité de notre relation. J’ai l’impression que si je me lève, je risque de m’écrouler comme si mes jambes ne pouvaient plus me soutenir. J’ai l’impression que mon cœur va lâcher, qu’il est compressé et que je vais m’étouffer.

Et c’est vrai…j’étouffe.

Il y a eu trop de changements dans ma vie. Beaucoup trop.

L’amiral qui s’en va, la mort de Clay et mon endométriose. J’ai perdu un père, un petit ami et ma chance d’être mère. C’est d’ailleurs un miracle que je n’ai pas craqué. Enfin, je crois savoir comment. Ce miracle est un capitaine de frégate et s’appelle Harmon Rabb Junior.

Il a été là quand j’en ai eu besoin, comme d’habitude mais je ne peux pas m’attacher à lui, le laisser entrer dans ma vie en ce moment. Je sais qu’il le veut. Il me l’a dit mais je ne veux pas. Il a besoin d’être avec une femme avec qui il pourra fonder une famille. Il doit faire sa vie et me laisser.

Je m’allonge sur le canapé et je fixe bien qu’il fasse sombre mon plafond.

Mon néant. Mes ténèbres. Ma solitude.

Mon ombre.


A suivre....(alors qu'en pensez vous?)


Dernière édition par majandraelo le Mer 12 Mar - 21:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sanrever
Connaissance de Denise Sherwood
avatar

Nombre de messages : 388
Localisation : ardennes
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Lun 12 Nov - 23:07

J'aime beaucoup ton prologue, qui retrace très bien la complexité des entiments qui ont pu envahir l'esprit de Mac à cette période de la série. Ton résumé me donne très envie de lire la suite qui me semble très prometteuse. Je crois que je suis déjà fan de ta fic!!!

un ptit bémol cependant, je n'aime pas trop le collage, mais bon vaut mieux aimer les mots!!! et ça j'adore!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.armywivesfrenchsite.com/
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Mar 13 Nov - 10:25

Chapitre 1 :

26 Juin 2004
QG du JAG
Falls Church, VA
10h53 PM heure locale


Il est tard, je le sais mais je ne veux pas rentrer chez moi, seule dans le noir. Je continue à travailler même si les bureaux sont tous vides. J’ai passé presque tout la journée enfermée ici. Je ne suis sorti que pour manger ou boire un café. Je n’avais aucune affaire à plaider au tribunal, Sturgis assurant l’intérim ne m’a pas donné d’affaire qui nécessite que j’aille dans une salle d’audience.

J’entends les portes du plateau qui s’ouvrent, certainement le gardien qui fait sa ronde. Je reste alors le nez plongé dans mon dossier et je n’entends pas la personne entrer dans un des bureaux.

Mes yeux commencent à se fermer, dû à la fatigue de la journée mais aussi de la nuit blanche que j’ai passé. Encore et encore. Et parfois, je relis pour la 20ème fois la même phrase.

« C’est intéressant ? »

Je sursaute à cette voix qui me surprend plus qu’autre chose. Mes yeux se lèvent vers Harm qui se tient dans l’embrasure de la porte. Il est en civil, la journée étant finie pour lui. Il me fixe en s’appuyant contre le chambranle de la porte. Dieu qu’il est sexy avec son jean et son blouson de pilote, il a beau avec des petites rides naissantes au bord des yeux et les tempes qui deviennent un petit peu blanche, il est toujours aussi beau. Comme j’aimerais aller dans ses bras et lui parler de mes angoisses, de mes peurs.

« Désolé, je ne voulais pas vous faire peur, » dit il avec un sourire gêné.

« Ce n’est pas grave. »

« Vous savez que vous n’êtes pas rémunéré pour les heures supplémentaires. »

« Je sais, mais j’ai du travail et il ne se fera pas tout seul. »

« Le mien aussi. Et pourtant, je le laisse à la fin de la journée. »

« C’est ce qui fait que vous êtes toujours en retard dans vos dossiers. Mais moi, je ne suis pas vous. Je respecte les règles. »

Mon ton est beaucoup plus froid que je ne le souhaite. Son sourire avait disparu avec mes mots et je sais que je lui fais de la peine. Honteuse, je préfère replonger le nez dans mes dossiers. Je sens qu’il s’approche et qu’il s’assit sur une chaise pour visiteur en face de moi.

« Mac, » dit il d’une voix douce.

Je lève la tête vers lui et il me fait un petit sourire.

« Quoi ? »

« Rentrez chez vous. »

Je soupire en m’enfonçant dans mon fauteuil de bureau, il dit ça pour mon bien, je sais.

« Mac, vous êtes épuisé. Prenez du temps pour vous. Reposez vous. Sturgis ne dira rien, il comprendra. »

« Hors de question. »

« Pourquoi ? »

« Je n’ai pas à me justifier. »

« Ecoutez si un truc ne va pas… »

« Tout va bien, » crie je presque.

Lui et moi sommes surpris de mon ton. Je ne suis pas du genre à être violente aussi rapidement. Ça m’est déjà arriver de m’énerver contre lui sur un dossier mais pas comme ça, sans raison.

« Harm, j’apprécie que vous vous inquiétez pour moi mais stop, ça suffit, » je le regarde, dans son regard je peux voir qu’il est perdu. « Pourquoi êtes vous comme ça, aussi prévenant ? »

« Je veux vous aider. Mac, je vous l’ai dit, je veux faire partie de votre vie. »

« Mais moi…je ne le veux pas. Je veux que vous me laissiez Harm, que vous cessiez de me regarder comme si j’allais vous faire des enfants, comme si…j’allais tenir ce foutu pacte…Je ne veux pas de vous dans ma vie, j’ai eu assez de problème pour désirer avoir un capitaine ex-pilote de la NAVY qui se prend encore pour Peter Pan dans ma vie. »

Mes mots ont largement dépassé ma pensée. Et quand je m’en rends compte je les regrette. Je me rends compte du mal que j’ai fait. La tristesse se voit sur son visage, je ne voulais pas de ça mais c’est tellement dur. Il baisse les yeux pour cacher la douleur dans son regard.

« Très bien, » dit-il dans un murmure. « Bonne soirée. »

Il se lève du fauteuil et il n’ose pas croiser mon regard, je le vois. Il regarde partout mais pas vers moi.

« Harm… »

Mais je n’ai pas le temps de dire quelque chose qu’il est déjà parti. Je ne sais même pas pourquoi je m’en suis prise à lui. J’ai rejeté toute ma colère contre Clay sur lui. Je ne lui en veux pas, il était venu certainement chercher un dossier et voilà ce qu’il récolte.

Je n’ai même pas le courage de replonger dans mon dossier j’ai tellement envie de m’excuser mais je ne peux pas. Je ne veux pas. J’ai peur…tellement peur.
Les minutes passent et je ne fais rien. Lorsque je bâille, je me décide enfin à partir. Il est près de minuit, je suis épuisé et je conduis. Je suis folle je le sais, je risque d’avoir un accident et de mourir. Mais n’est ce pas la meilleure chose.

J’arrive finalement saine et sauve devant chez moi et le temps me paraît long. Je traîne des pieds pour monter à mon appartement. J’ouvre la porte et me trouve face à l’obscurité, je sais que je dois allumer la lumière au moins pour ne pas me cogner mais je ne peux pas.

Ma main tremble en s’approchant de l’interrupteur, mon souffle est court et me cœur se compresse.

« Je ne peux pas, » dis-je dans un murmure.

Je ferme la porte rapidement, restant sur le palier et je m’appuie contre le mur. Je n’arrive pas à respirer, j’ai un nœud à l’estomac et j’halète. Des larmes coulent doucement sur mes joues et je me sens tomber. Je n’en peux plus.

Alors je m’éloigne du mur et descends rapidement les escaliers pour sortir de l’immeuble. Je suis dans la rue et je marche rapidement, le vent chaud souffle dans les rues de DC et caresse mes joues. Dans la voiture j’avais détaché mes longs cheveux et ils flottent doucement dans l’air. Je me retourne en attendant une voiture arriver, c’est un taxi qui circule normalement dans la rue, se dirigeant vers la borne taxi pour attendre un appel.

Je lève la main pour lui faire signe d’arrêter. Ce qu’il fait et je monte dedans.

« Vous allez où ? »

Je respire profondément, il n’y a que là-bas où je peux aller. Il n’y a qu’un seul endroit.

« Au nord……au nord d’Union Station. »



A suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corinne
Connaissance de Catherine


Nombre de messages : 1893
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Mar 13 Nov - 10:45

Génial miss, tu poste ici aussi maintenant.

Que dire de ta fic, sinon que j'ai adoré quand je l'ai lue la première fois et que je vais adorer la relire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sarah0076
Fan de Sarah Mackenzie
avatar

Nombre de messages : 68
Localisation : Dans le grand Nord... hihi
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Mar 13 Nov - 12:40

Ben idem que coco...

J'ai adoré cette fic quadn je l'ai reçu dans mes cadeau de Noel en version papier...
Je suis vraimetn ravi que tu ais fini par la poster pour la partager avec tout le monde. Je vais me faire un plaisir que de la relire au fil de tes posts car cette fic est une petite merveille, un mélange de sentiments d'émotions et de drame, et surtout de remise en question...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Connaissance de Catherine
avatar

Nombre de messages : 1860
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Mar 13 Nov - 16:53

Génial ce début I love you I love you I love you
J'adore coeur
J'ai trop trop hâte de lire la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia R.
Admin
avatar

Nombre de messages : 2164
Localisation : On the Stars
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Mar 13 Nov - 19:10

J'aime beaucoup le fait de se trouver dans la tête de Mac comme ça s'est super!

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://catherine-bell.wifeo.com/
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Ven 16 Nov - 13:10

Merci pour les coms, voilà une suite un peu courte

Chapitre 2 :

27 Juin 2004
Appartement de Harm
Nord d’Union Station
00h49 AM heure locale.


Ma main tremble alors que je la monte, je prends une profonde inspiration et avec beaucoup de courage, je tape à la porte. Mon cœur étouffe dans ma poitrine, j’ai tellement peur. Je sais tout le mal que je lui ai fait et j’en suis vraiment désolé. Il y a à peine quelques heures je lui criait dessus, je le repoussais et maintenant me voilà à le conjurer de m’aider.

Il est tard je le sais mais quand je suis arrivé chez moi je n’avais pas envie de replonger, de retourner dans ce noir qu’est de venu mon existence. Soudain j’entends la poignée qui tourne et la porte s’ouvre doucement. Il est à moitié endormi, seulement vêtu d’un caleçon blanc comme cette nuit il y a quelques années quand Webb s’était fait passé pour mort. Encore.

« Mac? » il est étonné, c’est normal.

« Je…je… »

Ma voix se bloque, je n’arrive pas à parler, je me revois il y a un moment l’insultant presque dans le bureau.

« Je suis désolé, je n’aurais pas du venir. »

Je me retourne afin de partir et pour qu’il ne voit pas mes larmes, mais soudain je sens une main sur mon poigné. Sa main, c’est sa chaleur. Je me retourne et il voit mes larmes.

« Mac. »

Nos regards se croisent avant qu’il ne me prenne dans ses bras. Mon dieu que cette chaleur m’a manqué, que ses bras m’ont manqué. J’y plonge volontiers. C’est tellement bon, j’ai l’impression d’être là où je dois être.

« Venez. »

Il me tire avec lui dans l’appartement et ferme la porte derrière lui. Nous nous séparons et avec ses doux doigts il essuie mes larmes.

« Un thé? »

« Volontiers. »

Il me sourit et pars dans la cuisine alors que moi je vais m’asseoir sur son canapé. Je croise les jambes et j’attendant dans le silence. Les seuls bruits dans l’appartement ce sont les ustensiles dont il se sert. J’adore l’observer dans ce genre de moment, il est tellement naturel, tellement à l’aise dans cet endroit qui pour moi m’est presque inconnu.

Je sais cuisiner mais disons que…c’est…un style assez particulier de cuisine. En faites, je me rends compte que j’aime tout ici. Cet appartement lui ressemble tellement. Je l’imagine mal un jour le quitter. C’est chez lui, c’est sa vie. Et c’est étrange car je me sens aussi chez moi, comme si je devais vivre là. Comme si c’était aussi chez moi, ma vie.

Je le vois revenir avec deux tasses dans ses mains et je me remets droite dans le canapé, m’enfonçant un peu. Il me tend ma tasse que je prends, mes doigts frôlent les siens et je frissonne. Je crois qu’il l’a vu et il s’assoit à côté de moi.

Je bois un peu de thé avant de me rapprocher un peu de lui, je tourne la tête et on se regarde sans rien dire. Nos yeux se fixent intensément et je prends plaisir à me noyer dans son regard. Il me fait un léger sourire avant de passer son bras autour de mes épaules, alors je me rapproche encore et pose ma tête sur son épaule et il me serre alors dans ses bras.

Je n’ai plus froid, il me communique sa chaleur et c’est si bon. Son odeur m’enveloppe et je n’ai plus peur, je me sens tellement bien et d’ailleurs je soupire fortement.

« Merci, » dis je dans un murmure.

« De rien. » Il dit ça en m’embrassant le haut du front et instantanément je me rapproche encore de lui. On reste comme cela pendant de longues minutes à tel point que nos thés sont froids.

Soudain je sens autre chose qui m’enveloppe et je me retrouve dans le noir. Je me sens flotté et finalement je retombe sur quelque chose de moelleux et de chaud.

A suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Sam 17 Nov - 20:06

Chapitre 3:

27 Juin 2004
Appartement de Harm
Nord d’Union Station
09h37 AM heure locale.


J’ouvre de nouveau mes yeux et je sens toujours cette sensation de chaleur, de moelleux. Je plisse mes yeux pour essayer de mieux voir à travers le flou du réveil. Je sais une chose en tout cas: je ne suis pas chez moi. Je sais que je ne suis pas dans mon appartement.

Finalement je commence à reconnaître l’endroit où je suis et je ne peux m’empêcher de sourire. Je sais où je suis et surtout je me sens bien. Saine et reposée. J’ignore combien de temps j’ai du dormir mais ça fait du bien.

Je me relève un peu dans le lit, le drap que Harm avait mis sur moi tombe doucement et je cherche l’endroit où il pourrait se cacher. Il n’y a pas âme qui vive apparemment dans cet appartement.

Soudain, j’entends du bruit un peu plus loin et il me suffit de m’asseoir dans le lit pour voir qu’il est dans la cuisine. Je comprends alors que l’odeur que je sentais et qui m’était familière était celle du café et d’un bon petit déjeuner. Je vois également un plateau qu’il est en train de me préparer et quand je vois qu’il est prêt à me l’amener je me remets vite sous le drap.

Je lui fais croire que je dors encore alors que je l’entends monter les marches. Je sais que c’est pas bien de faire ça, de lui mentir mais quand même, j’ai un drôle de sentiment en moi, j’ai envie de faire ça, j’ai envie de savoir comment il réagit.

Par les sons que j’entends, je sais qu’il pose son plateau par terre, il s’assoit à côté de moi et pose doucement sa main sur ma joue. Il me la caresse délicatement, remettant une partie de mes mèches derrière mon oreille dans un geste doux et tendre et je sais que c’est le moment pour me ‘réveiller’.

J’ouvre alors doucement mes yeux et le voit apparaître petit à petit, les traits de son visage apparaissent devant moi et je lui souris.

« Salut, » me dit il tendrement avec un magnifique Flyboy Grin.

« Salut, » ma voix est encore brouillée par le sommeil.

« Ça va ? » me demande t’il et je vois dans ses yeux qu’il est quand même inquiet.

« Très bien. »

« Vous avez bien dormi ? »

« Oui. J’ai passé une bonne nuit. »

Et c’est vrai. Cela faisait je ne sais combien de temps que je n’avais pas dormis, c’est étrange la sensation que l’on a quand on retrouve quelque chose que l’on avait perdu. Je n’avais pas aussi bien dormi depuis des semaines et ça m’avait manqué.

Je ne sais pas comment j’ai réussi à m’endormir hier soir, peut être qu’il avait mis des somnifères dans mon thé. Je l’ignore mais ça a fait de l’effet en tout cas.

« Et vous ? Vous avez bien dormi ? »

« Le canapé est moins confortable que le lit mais j’ai pas mal dormi sinon. »

« Quoi ? Vous avez dormi sur le canapé ? »

« Euh….oui…j’allais pas dormi par terre. »

Je me relève doucement et le fixe.

« Pourquoi ne pas m’avoir laissé dormir sur le canapé à votre place ? »

« Vous sembliez être tellement épuisé que j’ai préféré vous laisser le lit. »

Je souris et me rallonge dans le lit.

« Toujours aussi galant hein ? »

« Toujours et……j’ai préparé le petit dej’ » En disant ça il ramasse le plateau et le pose sur le lit.

Ça existe vraiment des hommes comme ça ? Seigneur, que j’aimerais tellement être avec ce genre d’homme. Non ! Sarah arrêtes ne commences pas à penser à ça, tu n’as pas le droit !

Je n’ai pas le droit de faire ça, je ne peux pas l’aimer. Je ne peux pas croire à ce genre de futur. Alors que je suis dans mes pensées, je ne me rends pas compte que je ne l’ai pas remercié.

« Merci Harm, c’est super. »

Et c’est vraiment super c’est vrai mais il n’aurait pas du.

« Vous n’auriez pas du. »

« Pourquoi ? On est dimanche et j’ai cette habitude le dimanche de faire ça. »

« Le petit dej’ au lit ? »

« Oui, c’est Mattie qui m’a mise cette habitude dans la tête. »

Je souris. « J’adore cette fille. Vous déjeunez avec moi ? »

« Bien sur. »

Je m’assoie à côté de lui dans son lit et on commence à manger et à boire notre café. Dieu, il est doué. Son café est super bon, c’est la première fois que je l’apprécie autant. Pourtant j’ai un goût amer en moi. Je me sens mal à l’aise ici.

C’est tellement étrange de me retrouver ici, dans son lit à prendre un petit déjeuner. Ça ne se fait pas entre amis ce genre de choses, ça se fait entre personnes qui sortent ensemble mais pas entre amis et surtout pas entre partenaires du JAG. Certes, ce n’est qu’un petit déjeuner mais dans l’armée ce genre de choses peut être très mal vu.

C’est paradoxal mais je me sens mal et bien à la fois, comme si ma place était ici, comme si c’était chez moi. Pour une fois, j’ai l’impression d’être dans ma vie, d’être enfin à ma place et rien que cette idée me fait mal car je sais que je ne peux pas avoir cette vie.

Je ne peux pas l’entraîner dans cette vie.

« Alors que comptez vous faire aujourd’hui ? » J’ignore pourquoi je demande ça mais il faut que je comble ce silence inquiétant.

« Et bien, je pensais allez voler mais…. »

« Mais…? »

« Et bien vous êtes là…et …je ne sais pas…je vois bien que quelque chose ne va pas, Mac. »

« Je vais bien Harm. »

« Menteuse. »

« Un marin’s ? Mentir ? Jamais ! »

« Mac… »

« Harm….je ne veux pas en parler. Pas maintenant. C’est… »

« Encore trop à vif, trop ouvert. »

« Oui. »

« Je sais ce que c’est. »

« Désolée. »

« Pourquoi ? »

« Je sais que c’est moi qui vous ai blessé. »

« Pas du tout, Mac. C’est…plusieurs choses. »

« Qui me concerne. »

Il lève les yeux au ciel. « Qui vous concerne, oui, en partie…ça me fait toujours mal de vous voir malheureuse et j’aimerais tellement pouvoir éloigner votre peine. »

« Je sais…j’aimerais vous parler mais…enfin, c’est comme ça. »

Le silence retombe entre nous.

« Bon…vous voulez qu’on fasse un truc ensemble ? » Me demande t’il finalement.

« Je ne veux pas vous déranger. »

« Vous ne me dérangez pas. Alors ? »

Je réfléchis, je ne sais pas quoi faire. Les magasins sont fermés et de toute façon je ne veux pas être mêlée à la foule. Je le regarde et je me rends compte que je veux une chose.

« Emmenez moi avec vous. »

« Où ça ? »

« Emmenez moi voler avec vous. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Connaissance de Catherine
avatar

Nombre de messages : 1860
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Dim 18 Nov - 11:00

J'adore I love you
La suite stp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Mar 27 Nov - 12:17

Chapitre 4 :


27 Juin 2004
Aérodrome
Grace Aviation, Blacksburg
11h15 AM heure locale


On vient de monter dans le Biplan ‘Sarah’, ça me fait drôle de savoir qu’un avion porte mon nom, mais d’un autre côté ce n’était pas le mien, c’était celui de la grand-mère de Harm. Je me souviendrais toujours du jour où j’ai découvert ça.

Harm est aux commandes et démarre son précieux avion, je crois qu’avec sa voiture c’est la chose la plus précieuse qu’il ait au monde. Il a sur lui ce sourire d’un gamin de 5 ans. Ça y est nous décollons, je n’arrive pas à croire que je suis dans cet avion, après tout ce que j’ai vécu en tant que passagère de Harm et que je suis là alors que j’ai juré ne plus jamais monté dans un avion pilote par lui.

Nous sommes dans les airs depuis plusieurs minutes et je me sens bien. Je me sens libre, l’air souffle doucement sur moi et me rends légère, je ferme les yeux et profite de ses sensations.

« Mac ? » m’appelle Harm.

« Oui, » dit je en gardant mes yeux fermés.

« Ça va ? »

Je souris au ton de sa voix qui semble inquiète. Je me tourne doucement pour le regarder.

« Je vais très bien. Vous me laissez les commandes ? »

« Quoi ? » crie t’il. Il fait celui qui n’a pas entendu, quel gamin !

« Oui, matelot. Passez moi les commandes. »

« Sur ? »

« Allez, calamar. »

« Ok. »

Il hésite et je me retourne avant de prendre le manche pour essayer de piloter. Je m’en sors plutôt bien, en tout cas on ne s’est toujours pas écrasé. Je m’en sors trop bien.

« Harm ? »

« Quoi ? »

« Lâchez les commandes. »

« Je ne les tiens pas. »

« MENTEUR ! Capitaine, si vous ne lâchez pas ces commandes je vous jure qu’à terre vos fesses vont le sentir passer. »

Immédiatement, il les lâche et me les laisse vraiment. Bon, c’est plus compliqué mais j’y arrive, ça se passe assez bien.

« Vous voyez que je m’en sors, » dit je en criant.

« Je vois ça, bravo, Marin’s. Bon, vous voulez qu’on aille quelque part en particulier ? »

« Non, et vous ? »

« Et bien……je pense à un truc…si vous me laissez les commandes…. »

« Non, guidez moi. Je vous laisserais poser l’avion. Si vous êtes sages. »

« Ok. »

Il me guide doucement avant de faire un appel avec la radio. Je n’entends rien ou plutôt je ne comprends rien, mais je sais qu’il prépare quelque chose. Quand il raccroche, il me donne encore des indications.

On vole pendant plusieurs minutes et finalement il reprend les commandes pour faire atterrir le biplan ce qui se fait sans aucun souci. On est arrivé sur un aérodrome et l’homme qui s’approche de nous doit être un des amis de Harm.

« Salut, Harm. Ça va ? »

« Hey, Derek, ça va. Et toi ? »

« J’ai connu mieux mais ça va. Bonjour, mademoiselle, » dit il avec un air assez séducteur.

«Bonjour, » dis je en souriant.

« Derek, je te présente Sarah Mackenzie… »

« Ah, c’est donc vous la fameuse Mac. »

« Fameuse ? » dis je étonné.

« Si vous saviez tout ce que Harm a dit sur vous. »

« En bien, j’espère. »

« Toujours, Mac, voyons… » Je vois le regard que lance Harm à Derek.

« Ne mentez pas matelot, ça se voit. »

« Bon, tu comptes rester en ville combien de temps ? » Demande Derek pour changer la discussion.

« Et bien, on va faire le tour et manger en ville. On y reste 2 à 3 heures je pense. »

« Ok. Je te laisse ma voiture. »

« Merci, Derek. »

« Bonne journée, Harm, Sarah. » Dit il avec un grand sourire.

« Merci, » dis je.

Harm me sourit avant de me diriger vers la voiture de son ami. J’ignore où il m’amène mais je le suivrais au bout du monde.


A suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Connaissance de Catherine
avatar

Nombre de messages : 1860
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Mar 27 Nov - 21:29

I love you I love you I love you vivement la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Mer 28 Nov - 19:26

Chapitre 5 :

27 Juin 2004
Centre ville
Blacksburg
12h49 PM heure locale

Harm s’est garé sur un parking en ville avant de me faire un peu visiter la ville en quelque sorte pour m’amener dans un tout petit snack très agréable. C’est sûrement Mattie qui lui a fait découvrir cet endroit.

On a passé commande et en ce moment on attend. Le silence entre nous est pesant et le regard qu’il me lance veut tout dire : Mac parlez moi.

J’ai peur, et je n’ai surtout pas envie de craquer en plein milieu d’un snack, de plus si je veux m’échapper je ne peux pas. Je n’ai pas les clés de la voiture, c’est celle de Derek et il n’y a pas assez d’essence pour que je puisse rentrer à DC.

Je lève enfin le regard de ma serviette, que je trouvais soudain intéressante, pour le regarder lui.

« Qu’est ce que vous attendez de moi Harm ? »

« Que vous me parliez. »

« Je ne peux pas. »

« Pourquoi ? »

Je mords ma lèvre inférieure en le fixant.

« Mac, qu’est ce qui s’est passé ? »

« Comment ça ? »

« Quand…avons-nous cessé d’être ami ? »

« Nous sommes toujours amis. »

« Non. Plus comme avant. Il y a encore un moment, dès que quelque chose n’allait pas c’est à moi que vous parliez. Pourquoi cessez vous soudain de vous confier à moi ? Qu’est ce que j’ai fait ? Qu’est ce qui s’est passé ? »

« Ça n’à rien avoir avec vous. »

« Mac vous devez parler. Si ce n’est pas à moi, parlez en avec quelqu’un d’autre. »

« Je vois quelqu’un. »

« Vous voyez ? C'est-à-dire…vous avez une…. »

« Non. Je n’ai pas un homme dans ma vie…depuis l’affaire Sadik Fahd je….après son retour et après que je l’ai tué, Chegwidden a voulu que j’aille voir un psy. Le docteur Mc Cool. Mais…je n’aime pas ça. »

« Je hais les psy. »

« Et Jordan ? »

« C’était différent mais…la plupart de nos disputes étaient due au fait qu’elle…essayait d’analyser tout autour de nous. Ça m’a fait du bien de l’avoir avec moi au niveau de mon père mais sinon…dès que le psy revenait ça engendrait des disputes. »

« Je l’ignorais. »

« Je ne vous en ai jamais parlé ;

« C’est vrai. Mais…fréquenter un psy et en consulter un c’est différent. »

« J’en ai consulté un. »

« Ah oui ? »

Il ne me l’a jamais dit, cela devait certainement s’être passé après l’assassinat de Diane. Je n’ai pas le temps de poser la question que le serveur vient nous apporter nos commandes. Le silence se réinstalle entre nous alors que nous mangeons.

Je ne cesse de me demander quand avait il pu voir un psy. Il aurait pu m’en parler, il m’a souvent parlé de cette période mais pourquoi aurait il omis de me dire qu’il avait vu un psy. Peut être se sentirait il faible si il avouait qu’un jour il avait eu besoin de quelqu’un.

Je jette quelque coups d’œil sur lui pour essayer de découvrir le quand et le pourquoi.

« Posez la votre question. » Dit finalement Harm, me faisant sursautait.

Je ne m’attendais pas à ce qu’il me réponde et il l’a fait.

« Pardon ? » Dis je innocemment.

« Vous ne cessez de me fixer alors posez moi votre question. »

Je réfléchis un instant et puis finalement je me lance.

« Quand ? »

« Quand quoi Mac ? »

« Quand avez-vous vu un psy ? Je retourne toutes les éventualités possibles, j’ai du mal à trouver. Etait ce pour Diane… »

« Non. Bien avant. »

« Pour votre entrée à Annapolis ? Je sais qu’ils peuvent être… »

« Avant. »

« Quand ? »

« A la mort de mon père. »

« Quoi ? Mais vous aviez… »

« 6 ans. Je sais. L’armée m’a fait consulter un psy…c’était terrible. Je les ai haïs pour ça. Ils m’ont demandé des choses du style est ce que ton père te manque ? Es tu triste ?...ce genre de conneries. »

« Je suis désolé. Sincèrement Harm. Pourquoi vous ne m’en avez jamais parlé ? »

« Je ne me sens pas très bien avec tout ça. Je ne l’ai pas encore digéré. »

Il me dit ça avec un petit sourire et je sais alors que je peux lui faire confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Mar 4 Déc - 16:39

Chapitre 6 :

27 Juin 2004
Centre ville
Blacksburg
1h05 PM heure locale.

« Je ne sais pas par où commencer, » dis-je dans un soupir.

« Par le début, » dit-il avec son flyboy grin.

Je lui rends un petit sourire et le fixe droit dans ses yeux bleus que j’adore tant.

« Il y a tellement de choses et c’est tellement confus……j’ai cette impression de voir ma vie défilée comme un mauvais film dans une salle de cinéma avec des amies et je ne peux pas partir parce que je ne peux pas laisser mes amies alors je regarde ce navet sans pouvoir l’arrêter. »

« Ça me le fait parfois, ne vous inquiéter pas. »

« Oui, mais c’est parfois, moi c’est…tout le temps. »

« C’est juste une période à passer Mac. On a l’impression que ça va duré mais non, ça s’arrête, il suffit…de laisser passer. »

« Vraiment ? »

« Oui, je parle en connaisseur et…ça m’est arrivé il n’y a pas longtemps. »

« Le Paraguay ? »

« Non. Toute l’année. Enfin depuis le Paraguay jusqu’à…je ne sais plus. Je suis passé au dessus de tout ça. »

« Comment ? »

« J’ai eu Mattie, elle m’a fait comprendre que…il y a des choses importantes dans la vie et qu’on ne peut pas tout avoir. Il faut faire des sacrifices parfois. »

« Quel philosophe, dites-moi. »

« Vous avez vu ça. »

« J’aimerais être comme vous à l’instant mais je ne le suis pas. J’ai tout perdu. Un petit ami, quoique…enfin bref, ça n’a pas d’importance. »

« Si, ça en a Mac. »

Je fronce les sourcils, ne le comprenant pas.

« Je…je sais que vous l’aimiez. Peut-être pas le grand amour, ça…ça n’arrive qu’une fois mais…vous teniez à lui. On peut ne pas rencontrer son âme sœur, c’est possible…alors il y a d’autre personne autour que nous allons aimer tout autant. Et faire en sorte de rendre notre vie belle. Il vous comblait, vous faisait sourire. »

« Pas souvent. »

« Mais vous étiez bien, heureuse. Et même s’il vous blessé par son orgueil d’agent c’est normal. Essayez de vous souvenir des bons moments Mac. »

Je vois dans ses yeux la souffrance qu’il a à avouer que Webb a pu me rendre heureuse. Qu’il ait plus me combler et que s’il n’était pas mort, il aurait pu être le prétendant pour être mon mari.

« Ouais. Mais quand je fais le bilan de ma vie, j’ai près de 40 ans, je suis seule et je suis stérile, je n’ai ni mari, ni enfant et n’en aurait jamais. Quel bel avenir en perspective n’est pas. »

« Mac…Franck et ma mère n’ont jamais eu d’enfants, non pas parce qu’ils ne voulaient pas, mais parce que Franck ne pouvait pas. »

« Il était… »

« Stérile. Même pas 4% de chances d’en avoir. D’où la raison pour laquelle, il ne s’est jamais marié. »

« Je vois. »

« Et pourtant…il m’a aimé comme un fils et j’ai essayé de l’aimer comme un père. C’est comme Sergueï, c’était dur au début et puis on peut accepter. »

« Mais vous aimez Sergueï. »

« Oui, avec le temps j’ai appris. Sinon, au début, je le voyais comme mon remplaçant, comme si mon père m’avait remplacé en sachant qu’il ne me verrait plus. Ce n’était pas le cas, je le sais, mais c’est ainsi. »

Woaw, on aurait dû aller boire un café et discuter il y a longtemps j’aurais su beaucoup de choses. Et moi qui croyais bêtement des choses qui maintenant me semble absurde.

« Mac, vous savez que vous pouvez avoir des enfants. »

« En adopter et en avoir un c’est…différent. »

« En quoi ? »

« C’est important pour une femme d’être enceinte. De sentir une vie grandir en elle. De donner un sens à sa vie. »

« Une femme n’est pas faites, juste pour faire des enfants. Vous…m’avez prouvé avec Chloé qu’on peut aimer sans être du même sang. »

« C’est ma sœur pas mon enfant. »

« Vous essayez de convaincre qui ? Vous ou moi ? »

Il a raison, dans un certain sens il n’a pas tort, mais voilà que je ne peux pas avoir d’enfant j’ai envie d’en avoir un, alors qu’avant je m’en foutais. J’ai toujours espéré qu’on tienne notre pacte mais comment. En lui disant : hey Harm, j’ai envie d’un enfant venez chez moi ce soir qu’on le fasse. Ce n’est pas de ça dont j’ai envie.

« Je crois que le départ de l’amiral m’y a fait réfléchir. Il a quitté le JAG pour rejoindre sa fille, comme quoi le travail n’a pas plus d’importance que la famille. »

« Et moi qu’est ce que je devrais dire, Mac. L’amiral a une fille et moi…ben je suis seul. »

« Et Mattie ? »

Il baisse les yeux quelque chose ne va pas, je le sens, je le devines.

« Harm ? »

Il relève les yeux et regarde vers l’extérieur.

« Elle repart avec son père. »

« Elle vous l’a dit ? »

« Non, mais…je le vois. Ils passent plus de temps ensemble, je sais que ce n’est qu’une question de temps avant qu’elle ne retourne avec lui. »

« Elle continuera à vous voir, ne vous inquiétez pas. »

« Je le sais mais…j’avais l’impression d’être son père. Je ne le suis pas, je le sais et ça serait égoïste de ma part de vouloir la garder pour moi, mais une fois partie. Qu’est ce que je ferais hein ? Fonder ma famille ? »

« Peut-être. »

« Ouais. Trouver une femme, voir si c’est la bonne, la fréquenter pendant un moment et puis tout le reste. En clair ça va prendre au moins 2 ans. Donc, j’aurais 43 ans. Dites-moi quel genre de femmes voudra d’un vieillard comme moi. »

Moi. Moi, je voudrais de lui.

« Et dites-moi qui voudrais d’une femme comme moi ? Vieille, stérile et un marin’s ? »

J’ai qu’une envie, c’est qu’il me dise moi, mais non. Il ne me le dira pas, par respect pour ce que je vis en ce moment et parce qu’il a peur, comme moi il y a 5 min.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Connaissance de Catherine
avatar

Nombre de messages : 1860
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Mer 5 Déc - 18:30

J'aime trop I love you
Vivement la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Sam 15 Déc - 16:17

Chapitre 7 :

27 Juin 2004
Sur la route
Washington DC
5h59 PM heure locale.


Nous sommes dans sa voiture rentrant à peine de notre ‘expédition’, je ris à ce mot, c’est vrai que c’était une expédition, mais j’en suis heureuse. Dans les airs, je me sentais libre et contente, heureuse comme jamais. Maintenant, je comprends Harm, pourquoi il aime tant voler, piloter. Il y a quelque chose d’impressionnant quand on vole.

« Ça va ? » Me demande Harm, me sortant de ma rêverie.

Je tourne la tête et lui sourit. « Ouais. »

« Vous aviez l’air perdue dans vos pensées. »

« Un peu. J’ai adoré cette journée. Merci. »

« Ce n’est rien. Je ne sais pas pourquoi vous ne vouliez jamais venir quand je pilotais. »

« J’ai de mauvais souvenirs avec vous. »

« On était poursuivi Mac. »

« Même dans les Appalaches ? »

« Vous aviez les commandes. »

Je fais un ‘o’ avec ma bouche et lui donne une petite tape sur son bras. Il sourit, mon regard ne peut alors se détacher de ce sourire que j’adore. J’ai une soudaine envie de l’embrasser je commence à m’approcher alors que nous nous approchons d’un feu rouge. Il arrête la voiture et je suis à quelques centimètres de lui mais je ne peux pas, qu’est ce qui se passera après. Je l’embrasserai et je lui dirais quoi. « Oh Harm, j’avais un folle envie de vous embrasser ». Quelle folle !

Je m’éloigne un peu alors qu’il tourne la tête vers moi, je lui souris et je devines qu’il a vu mon geste parce qu’il fronce les sourcils, pour ne pas qu’il pose des questions, je m’avance encore et pose un baiser sur sa joue.

« Merci, » dis-je en me remettant à ma place.

Je ne peux pas le regarder alors je préfère fixer un point invisible dehors.

Les rues défilent sous mes yeux, et je repense à notre journée. Notre discussion, en particulier qui était pour moi une vraie purgation de mes craintes. Pourtant je ne lui ai pas tout dit. Je ne lui ai pas dit à quel point j’aimerai qu’il me prenne dans ses bras, comme j’aimerai qu’il me dise qu’il m’aime, qu’il m’embrasse et qu’il me donne tout l’amour dont j’ai envie. J’aimerai aussi lui retourner cet amour.
Mon dieu, j’ai mal. Mon cœur, j’ai l’impression qu’il se compresse, j’ai du mal à respirer, je ne comprends pas pourquoi.

Je me redresse sur mon siège et pose ma main sur mon cœur, sur ma poitrine, je commence à haleter et Harm le voit, il a ralenti l’allure de la voiture.

« Mac ? Ça va ? »

Je ne sais pas pourquoi mais quand je regarde la route je comprends enfin. On est dans Georgetown, on arrive chez moi.

« Non, » dis-je dans un murmure plaintif.

Il continue pourtant à avancer et gare la voiture devant mon immeuble. J’ai l’impression que je vais m’évanouir, il sort de la voiture et en fait le tour avant d’ouvrir ma portière et de se mettre devant moi.

« Mac. »

Je me tourne et sors les jambes du véhicule mais je ne peux pas me lever. Il est à genoux devant moi et essaie de capter mon regard.

« Mac ? »

Je tente de calmer ma respiration et ma peur. Je n’ai qu’à fixer ses yeux inquiets pour me sentir bien, alors je le fixe, je plonge mes yeux dans les siens et je me sens doucement être de nouveau moi.

« Je ne peux pas, » dis-je dans un murmure plaintif.

« Qu’est ce que vous ne pouvez pas Mac ? »

« Rentrer. Je ne peux pas aller là haut… Harm, je ne peux pas. »

« Dites-moi ce qui ne vas pas ? »

« Je…j’ai peur. Je vais me retrouver seule… »

« Mac, vous n’êtes pas seul. »

Il me prends mes mains avec les siennes et les serre. Elles sont chaudes et me réconfortent.

« Ça va aller. Je suis là. »

« Mais vous allez partir. »

Il s’avance un peu et me prends dans ses bras.

« Chhuuuutttt…ça va aller. Vous voulez que je reste ? »

« Non. » Ma voix se brise, ce n’est pas que je ne veux pas de lui, je ne veux pas aller chez moi. Dans ce lieu qui me semble étranger.

« Vous voulez marcher ? »

Je regarde autour de nous en réfléchissant alors que nous nous séparons, finalement nos regards se croisent.

« Non. Ce n’est pas la peine. Ça va aller. C’était juste un moment d’angoisse. »

« Ce n’était pas un moment d’angoisse, Mac. »

« Harm. »

« On est amis n’est ce pas ? »

« Oui. »

« Alors dites-moi Mac. Confiez-vous à moi. »

« Je ne peux pas, Harm, j’aimerai mais…je ne me sens pas prête. Je suis désolé. »

Il baisse les yeux déçus et je m’en veux de lui faire autant de mal. Il remonte son regard et je vois soudain qu’il a une idée.

« Vous voulez…venir chez moi. »

Je fronce les sourcils à sa déclaration.

« Vous….vous pouvez dormir dans mon lit et …peut être que…on pourra aviser après. Vous avez toujours un sac de prêt dans votre coffre. »

Je fais un petit oui de la tête et il me sourit. Il se lève et me tend sa main. Je respire profondément et prends sa main avant de me lever.

Je sors de mon sac mon trousseau de clé en me dirigeant vers ma voiture, suivie de Harm. J’ouvre le coffre, je n’ai pas le temps de tendre la main pour le sac car Harm me devance et le prend. Il me fait son flyboy grin avant de fermer le coffre. Dieu que j’aime cet homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Connaissance de Catherine
avatar

Nombre de messages : 1860
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Sam 15 Déc - 17:39

Trop super
Vivement la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Lun 14 Jan - 11:50

Chapitre 8:

27 Juin 2004
Appartement de Harm
Nord d’Union Station.
7h30 PM heure locale.


L’eau coule doucement sur ma peau, le long de mon dos et ça me rafraîchit, ça me fait du bien. Je ferme les yeux et profite au maximum de cette douche salvatrice. Alors que je dois prendre du savon j’hésite, soit j’utilise mon propre gel douche, soit celui de Harm. Le mien sera normal mais tout à l’heure en entrant ici, j’ai senti son odeur, elle a le don de m’apaiser tout comme toutes les choses venant de Harm.

Je soupire de bonheur et finalement je prends mon gel douche, si je prenais le sien je me demande comment il réagirait. Pendant que je prends ma douche, je peux l’entendre dans la cuisine, nous préparant à dîner. Nous allons être en tête à tête ce soir et je sais que je lui dois des explications mais je ne peux pas car moi même j’ignore d’où ça vient.

J’ignore pourquoi à chaque fois que je rentre chez moi je ne peux plus respirer, j’ai l’impression de mourir sur place, d’étouffer, de me noyer. Ce qui me fait le plus peur c’est que ce soir c’était encore plus fort que les autres fois. D’habitude j’arrivais à oublier la douleur, mais pas ce soir. J’en connais la raison. Pendant longtemps j’étais seule, j’avais évité au maximum de l’aide, j’avais éloigné Harm de moi, je l’avais repoussé pour ne pas sombrer. Mais je l’ai fait. J’ai demandé de l’aide, je lui ai envoyé un SOS et il y a répondu.

J’ai plongé dans ses bras, dans ses étreintes et j’en suis devenu accro, dépendante. Si Freud devait m’analyser, il dirait que puisque Harm m’avait aidé la veille, lorsque je suis rentré chez moi et que je me suis angoissé, je me suis dit que ça ne servait à rien d’essayer de se calmer car Harm était là pour.

Je coupe l’eau lorsque j’ai fini et je m’enroule dans une grande serviette bleue que Harm m’a prêté. C’est tellement bon. Je fronce les sourcils en n’entendant plus de bruits dans la cuisine, j’entends juste sa stéréo diffusait de la musique. Je souris en reconnaissant Into the Fire de Thirteen Senses. J’adore cette musique, je suppose que c’est Mattie qui lui a passé des musiques, Harm ne doit pas connaître ce genre de choses.

« Merde, » dis-je en marmonnant. J’ai oublié mes affaires dans la chambre. Je soupire, quelle tête en l’air !

Je monte les quelques marches qui sépare la chambre et la salle de bain quand soudain je sursaute et Harm aussi. Il est dans la chambre et cherche apparemment quelque chose.

« Désolé, » dit-il.

« Ce n’est pas grave. Je suis désolée aussi, j’ai juste oublié mes affaires dans la chambre. »

« Je m’en doute. »

Il sourit et je me demande pourquoi.

« Pardon? »

« Et bien, vous êtes sortie seulement vêtue d’une serviette, je me doute bien que vous avez oublié vos affaires. »

Quelle idiote je suis! Je n’ai qu’une serviette sur mon corps et bien qu’elle me cache, je suis devant un homme magnifique et le simple fait de le voir me fait oublier ma tenue. Je pourrais être même nue en sa présence je ne m’en rendrais même pas compte.

« Oui, effectivement, » je lui fais un sourire assez gênée.

Je m’avance doucement et prends mon sac évitant son regard.

« Mac? » M’appelle-t-il.

« Oui. »

« Vous…vous voulez que je vous prête des affaires à moi. »

Je me retourne et le regarde.

« Oui….un T-Shirt par exemple. Vous serez peut être plus à l’aise que dans un pyjama. »

« Si c’est une façon pour me faire porter un T-Shirt avec écrit ‘Go Navy’ dessus, allez au diable capitaine. »

Je me retiens de rire et lui aussi. On joue à celui qui jouera le plus sévère mais on n’y arrive pas et nous rigolons.

« Je pourrais, en effet. Mais non. C’est vraiment en tout bien tout honneur. »

« Vraiment? »

« Je vous le jure. »

Je réfléchis un instant. Soit je porte un pyjama à moi, soit je porte mon bas de pyjama et un T-Shirt de Harm. Dans un cas j’aurais mes affaires, dans l’autre j’aurais une partie de mes affaires et un des ses T-Shirt à lui.

« Ok. Va pour le T-Shirt. »

Il ouvre un tiroir et en prends un avant de me le tendre.

« Il n’y a pas de ‘Go Navy’ je vous le jure. »

Je lui souris avant de retourner dans la salle de bain pour me changer. Je fais glisser doucement la serviette avant de m’habiller. Il avait raison, un T-Shirt à lui est cent fois plus confortable qu’un haut de pyjama à ma taille. Même si je nage dedans, au moins je suis à l’aise et je peux même sentir l’odeur de son eau de toilette dessus. J’ai l’impression que ses bras m’emprisonnent.

Je ferme mon sac et le repose dans la chambre. J’éteins la lumière de la salle de bain après avoir tout bien rangé et je sors pour le rejoindre. Je souris du haut des marches de la chambre en voyant qu’il a déjà mis la table et que tout est prêt.

« Madame est servie, » me dit il avec un flyboy grin signer Rabb.

« C’est vrai? Mmm, merci. Mais, » dis-je en m’avançant « vous ne ressemblez pas à Tony Danza. »

« Je sais mais…est-ce vraiment catastrophique? »

« Pas le moins du monde. » Je m’assois sur une chaise à côté de lui. Nous sommes positionnés de la même manière que le soir où nous avions dîné ensemble avant de partir sur l’USS Seahawk pour le tribunal militaire. « De plus, vous êtes plus beau que Tony Danza. »

« Vraiment? »

« Oui. Vous êtes numéro 2 sur la liste des plus beaux mecs. »

« Oh et qui est le numéro 1? »

Les hommes et leur ego, s’ils sont pas les premiers ils veulent savoir qui l’est.

« L’homme parfait. Celui que j’épouserai. Celui qui m’est destiné. »

« Ah oui? »

« Ouais. »

« Celui qui vous donnera des chaussures confortables? »

« Ouais. Celui-là. »

« Ok. »

Je souris et décide de jouer. « Des chaussures ou simplement des T-Shirt confortables. »

Ça marche, il me lance un regard du coin de l’œil.

« Bon alors, qu’est ce qu’on mange? » Dis-je pleine d’excitation.

« Oh,… » Dit-il en sortant de ses pensées. « Une salade composée et un restant de lasagnes. Ça vous va? »

« C’est parfait. Ça fait longtemps que je n’ai plus mangé de salade. »

« Combien? »

« Depuis quand ne suis je plus venue manger chez vous? »

« Oh….Oui, longtemps. »

Je lui souris pour lui dire que tout va bien, que je ne veux pas que l’on regrette ce qui s’est passé depuis le Paraguay, car après tout c’est moi qui ai tout déclenché.

Pendant qu’il coupe les lasagnes je mélange la salade, je tends ma main et prends son assiette pour lui en servir un peu, j’ai soudain comme une impression d’être un peu une femme au foyer. Ou une mère de famille, en clair d’être Harriet et de m’occuper de mon mari pendant que lui s’occupe de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Connaissance de Catherine
avatar

Nombre de messages : 1860
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Lun 14 Jan - 18:06

j'adore toujours autant
vivement la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Lun 14 Jan - 19:27

allez jposte la suite rapidement vu le temps que j'ai mis avant de poster la dernière suite. A lala, heureusement que ma tete est visé à mon cou sinon je l'oublierai.


Chapitre 9:

27 Juin 2004
Appartement de Harm
Nord d’Union Station.
9h15 PM heure locale.


« Je n’arrive pas à croire que vous avez un lecteur DVD, un magnétoscope et surtout une télé, » dis-je en m’asseyant sur le canapé à côté de Harm.

« Mattie m’y a obligé. »

« Oh…c’est un bien grand mot, non? Elle vous a sauvé oui ! Vous viviez couper du reste du monde. »

« C’est pas vrai. »

« Alors voyons voir ce qu’il y a à la télé. »

Je tends la main pour prendre la télécommande car je sais bien que Harm ne doit pas s’en servir. Le connaissant il n’a même pas dû l’allumer une seule fois. J’appuie sur le bouton ‘Start’ et le petit bruit m’indique que l’appareil se met en marche.

Je commence à zapper quand soudain Harm me tend une autre télécommande.

« Ça sert à quoi? »

« C’est pour le câble. »

« Quoi ? Vous avez le câble ? »

« Eh oui ! » Il me dit ça en souriant.

Je suis pire qu’une gamine en prenant l’autre télécommande. Soudain je me rends compte que je sais pas trop s’il y a un système particulier. Harm pose sa main sur la mienne et appuie sur un bouton qui fait scintiller pendant quelques secondes la toute petite lumière de la télévision.

« Voilà, ça marche, » dit-il.

Je zappe un peu, mon dieu combien y a t-il de chaîne en tout ? Je continue de passer des chaînes sans importance et m’arrête finalement sur HBO.

« Oh mon dieu…Angels in America, » dis-je en hurlant presque et je crois même que j’ai dû casser les tympans de Harm.

« C’est quoi ce truc? »

« La meilleure, la plus belle série que j’ai pu voir. Bien sûr, j’en adore beaucoup mais celle-là est extra. »

« De quoi ça parle? »

« Ça se passe à New York, un homme Louis apprends que son petit ami Prior a le sida. Alors que celui-ci est à l’hôpital, Louis ne peut le supporter, il rencontre un homme Joe, un avocat marié dont la vie de couple se passe mal car il pense être gay. Cet avocat travaille pour un très grand avocat Roy qui est lui aussi marié et en faites homo aussi et se trouve atteint du sida. C’est un peu complexe, mais le thème principal c’est le Sida et tout ce qui se passe autour, des rencontres que l’on peut faire, du fait que certains peuvent être nos anges alors qu’ils sont humains comme nous. Elle est magnifique cette série, il y a Al Pacino, Meryl Streep, Emma Thompson… »

« Je connais les deux premiers mais la dernière… »

« C’est normal. En tout cas, c’est à voir. Je l’ai en DVD, je vous la passerai, on va pas regarder ça ce soir. Il doit y avoir autre chose, une bonne comédie. »

« Vous êtes sûr. Si vous voulez regarder ça… »

« Non, c’est bon, Harm. Pas de drame ce soir, j’ai envie de rire. »

Je continue de zapper sur les chaînes essayant de nous trouvez un bon film, de quoi nous détendre. Finalement je tombe sur le lancement pour signaler qu’il allait diffuser Love Actually dans quelques minutes, après tout, pourquoi pas.

« Vous voulez regarder ça Harm ? »

« Je connais pas. »

« Vous plaisantez ? »

« Je n’ai pas de télé je vous rappelle. Enfin, je n’en avais pas. Mais, regardez ce que vous voulez y a pas de soucis. J’y connais rien alors je vous laisse faire. »

« Parfait. »

Je m’enfonce dans le canapé alors que Harm se lève.

« Vous voulez du thé? » Me demande-t-il.

« Volontiers merci. »

Le film va bientôt commencer, alors il ne manquera rien au film. J’aime bien comment tout cela se passe entre nous. C’est tellement naturel. Durant le repas on a rit énormément, pour la première fois il m’a raconté quelques petits exploits de jeunesse, d’après lui les plus softs et c’était hilarant.

Ça m’a fait du bien de rire un peu, cela devait faire un moment que je n’avais pas ri. Le seul à me faire rire était Petit AJ et ses réactions vis à vis de son petit frère Jimmy. Il ne cesse de poser des questions à ce sujet, comment viennent les bébés? Qu’est ce qu’il faut faire pour avoir un bébé ?

Bref, des questions d’enfant de 5 ans. 5 ans. Le pacte. Harm et moi, notre bébé.

J’entends le générique du film, je m’apprête à appeler Harm mais il arrive et pose le plateau avec nos deux verres de thé, il a amené la carafe avec le reste pour ne pas que nous nous levions pendant le film, il a amené aussi un saladier remplis de bonbons.

« C’est encore Mattie ça? » Dis-je en pointant du doigt le saladier.

« A votre avis? »

« Oui. » Je tends la main et prends un marshmallow que je mange. « Chadore Machie. »

« On ne parle pas la douche pleine Marin’s !!! »

« Oui, machman. »

« Machman ? »

J’avale mon bonbon. « Maman. »

« Vous inventez un nouveau langage. »

« Non, ça s’appelle le langage de la bouche pleine, Harm. »

« Ouais. Bon, chut le film a commencé. »

« Belle manière de me dire de me taire. »

« Exact. »

Je vais presque répliquer mais je me retiens, je plonge mon esprit dans le film. Pendant que nous le regardons, machinalement nos mains vont du saladier à nos bouches et de temps en temps elles se frôlent. Au début c’était involontaire mais maintenant on provoque ces rencontres.

Je pose doucement ma tête sur l’épaule de Harm vers la moitié du film, je ne me sens pas plus fatigué que ça mais bon ma tête devient un peu lourde. Harm pose le saladier sur la table me faisant relever la tête avant de se remettre dans sa position normale mais cette fois il passe son bras autour de moi et m’attire vers lui.

Je souris en remettant ma tête sur son épaule et ainsi je peux repliée mes jambes allongées sur le canapé.

« Ça va? Vous êtes bien installé? » Demande-t-il.

« C’est parfait. »

Je soupire de bonheur et de plaisir, ma main cherche celle qu’il a posée sur mes hanches. Je la rapproche un peu, pour la mettre au niveau de mes épaules, je la serre dans une des mes mains et entrelacent nos doigts.

Nous rions durant le film, l’ambiance, l’atmosphère autour de nous est sereine, calme. C’est bon de sentir cela après tout ce que nous avons vécu. Le générique de fin défile et je sens qu’aucun de nous ne veux que ça s’arrête. Je ne veux pas qu’on se sépare, je suis bien contre lui. Mais vu l’heure, nous devrions aller dormir, demain nous travaillons.

« Bon, je crois que nous devrions aller nous coucher, » dit-il avec une voix plus que déçue.

« Ouais. »

Soudain, une idée me traverse. Je suis chez lui, et je sais que gentleman comme il est, il va me laisser le lit et dormir sur le canapé, mais qu’au fond de lui, il aimerait bien être dans son lit. Alors je me lève du canapé, sortant de son étreinte et lui tends la main.

Je lui souris et voyant qu’il ne réagit pas je prends le saladier avant de partir dans la cuisine. Il se lève aussi pour poser le plateau, puisque je n’arrivais pas à le faire lever du canapé, en me voyant faire cela, il le fait aussi pour m’indiquer que lui aussi va se coucher. Qu’il ne vas (va) pas continuer à regarder la télé ou à lire, qu’il ne veux pas que je range car je suis son invité.

Lorsqu’il est avec moi dans la cuisine, je range le saladier dans le placard où Harm l’avait pris alors qu’il remet la carafe au frigo. Je le vois qui s’apprête à aller au salon, même si je lui tendais la main, il ne comprendrait toujours pas.

« Bon, ben éteignez tout, je vous attends dans le lit. »

Il se tourne et me lance un regard plein de surprises auquel je réponds avec un immense sourire sans lui répondre avant de partir dans la chambre.

Je n’arrive pas à croire que j’ai osé sans même avoir la trouille. Normalement, ça aurait dû être le cas mais non. Je ne comprends pas ce qui m’arrive depuis un certain temps mais j’aime beaucoup. Je vais dans le lit et me mets doucement sous le drap, à travers la paroi en verre, je peux voir Harm qui hésite. Il croit que je plaisante ou alors il se demande si j’étais sérieuse.

Finalement, il me rejoint, je pense qu’il a vraiment peur car il s’attend à ce que je rigole de lui. Il monte les quelques marches et me regarde.

« Vous préférez quel côté? »

« Je n’en ai pas. En faites, je dors souvent en travers du lit, vu que je suis seul, donc…. Et vous? »

« Aucun. J’ai jamais fais attention. »

«Bienvenue au club. »

« Bon je prends le côté droit et vous le gauche. »

« Ok. »

C’est incroyable, la façon dont on peut être gênés tout les deux sur une simple question de côté de lit. Il fait le tour avant de se mettre sous les draps. Je m’avance et pose un baiser sur sa joue.

« Bonne nuit. »

Je m’allonge doucement en posant ma tête sur les coussins de telle manière à ce que je sois face à lui. Il éteint la lumière de la table de nuit avant de poser sa tête sur le coussin de la même manière que moi.

« Bonne nuit, » murmure-t-il.

On se sourit et tous les deux nous sombrons dans les bras de Morphée au pays des rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tophie
Connaisance de Sarah Mackenzie
avatar

Nombre de messages : 137
Localisation : Marne
Date d'inscription : 20/09/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Lun 14 Jan - 20:35

J'aime vraiment beaucoup ta fic majandraelo...

Je suis fan de tes écrits... Merci beaucoup pour toutes les traductions que tu nous fais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tophie51.skyblog.com
cam
Connaissance de Catherine
avatar

Nombre de messages : 1860
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Mar 15 Jan - 17:26

J'adore

La suite stp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Mer 16 Jan - 17:51

Merci pour vos coms. Voilà la suite.

Chapitre 10:

04 Juillet 2004
QG du JAG
Falls Church, VA.
10h26 AM heure locale.


Je sors de mon bureau pour aller dans la kitchennette du JAG où se trouve Bud et Harm au sujet de leur nouvelle affaire. Je les regarde, le maître et l’élève discutant comme deux vieux amis. Alors qu’ils parlent j’observe attentivement Harm et je remarque certains gestes que je connais maintenant. Voilà près de deux semaines que je « vis » chez Harm et nous avons pris quelques habitudes. Je vois des choses à son sujet que je ne voyais pas avant. Il m’arrive même de deviner quels gestes il va faire. C’est terrifiant.

« Bonjour madame, » me dit Bud avec un immense sourire.

« Bonjour Bud, » lui dis-je moi aussi avec un sourire. « Et bien, vous semblez très heureux. »

« Oui, en effet, madame. »

« Il vient d’apprendre une bonne nouvelle, » dit Harm.

« Ah oui? »

« Oui, » me dit-il. « Harriet est encore enceinte, madame. »

« C’est vrai? »

C’est impressionnant, elle est encore enceinte pour la quatrième fois dans sa vie. Alors que je n’ai jamais eu un seul enfant.

« Et bien, Bud, c’est super. Je suis contente pour vous. »

« Moi aussi madame. Je suis désolé, je vais vous laisser, je dois vite finir et rentrer plus tôt et aider Harriet avec les enfants. La fête nationale les rend fou, ils sont tout excités. »

« Mon pauvre, bon courage, » lui dit Harm.

« Merci monsieur, madame, bonne journée. »

« A vous aussi, Bud. »

Il sort avec toujours son immense sourire sur le visage. Ce sourire au contraire me détruit. Je devrais être heureuse pour lui mais je repense à moi et immédiatement la joie fuit.

« Alors, Mac. Vous voulez faire un truc en particulier ce soir? »

Je le regarde alors que je me sers du café. « Comment ça? »

« Et bien, vous…avez envie de faire un truc en particulier? »

« Non. Mais vous savez, vous…devriez faire la fête. Sortir. Rencontrer des gens et…arrêter un peu de vivre autour de moi. Je…. » Je baisse les yeux, range la cafetière et fixe le liquide noir dans ma tasse. « Je….je veux dire essayez…de m’oublier un peu, ça fait deux semaines que je vous pourrir la vie, que je vous emprisonne. »

« Ce n’est pas vrai Mac. »

« Je vous pourris la vie Harm. »

« Non. J’aime bien…que vous me pourrissiez la vie. C’est pas facile d’avoir un Marin’s à la maison mais je m’en sors plutôt bien non? »

« Assez, oui. »

« Bon alors, vous avez un truc de prévu. »

« Peut-être. »

« Peut-être ? Vous comptez me le dire ou vous avez prévu de m’exclure. »

Je souris. « Non, je veux garder la surprise. »

« Dois-je avoir peur? »

« Non. Croyez-moi, vous serez heureux d’avoir la surprise. »

La porte s’ouvre et je me retourne, c’est Sturgis qui entre pour se servir un café.

« Ok. On s’attend devant la voiture. »

« Pas de soucis. On s’arrêtera à l’appartement pour se changer et on partira après. »

« Super. Bonne journée, Harm. Sturgis. »

« Mac, » me dit-il.

Je sors de la kitchennette avec ma tasse dans la main et je me rends soudain compte que j’ai oublié de mettre un peu de sucre tellement j’étais absorbé dans ma discussion. Je pousse un peu la porte, de seulement quelques millimètres mais je m’arrête quand je les entends parler.

« Je peux savoir ce qui se passe entre toi et elle? » Demande Surgis à Harm.

« Rien. »

« C’est ça. Je sais qu’elle vit chez toi, qu’elle dort chez toi. Vous arrivez avec la même voiture ensemble et vous repartez ensemble. »

« Elle a eu des soucis avec son appartement et sa voiture. »

« Bien sûr les deux en même temps. »

« Je ne couche pas avec Mac et je ne sors pas avec elle. »

« Pour l’instant. »

« Il ne se passera rien. On est amis. »

« C’est ça. »

« Écoutes Sturgis, ça ne te regarde pas. Ce n’est pas parce que tu es JAG temporairement que tu dois tout contrôler. »

« Je ne contrôle pas tout. »

« Si tu agis comme si tu avais tous les pouvoirs. »

« J’essaie de te protéger. »

« De quoi? »

« De Mac. De ce que tu ressens pour elle. Je ne sais pas ce qui se passe chez toi. Peut-être que tu ne couches pas avec elle, mais vous avez développé un grand lien, quelque chose au-delà de l’amitié. Tu es heureux, ça se voit et je suis content que tu trouves ton bonheur. Je sais aussi que tout ça a commencé parce que Mac est fragile à cause de Webb……mais un jour, ça va s’arrêter. Elle va aller mieux, et…tout va changer. Crois-moi, ça va arriver et d’ici peu. »

« Qu’est ce que tu veux dire? Comment ça d’ici peu? Tu me caches quelque chose? »

« Non. Harm, je veux juste que tu te prépare au jour où Mac va aller mieux, qu’elle va reprendre sa vie et qu’elle va te laisser avec ton rêve utopique. Harm, ça va te briser le cœur et je veux juste…te protéger et que tu ne sombres pas. »

« Ça n’arrivera pas. »

« Arrêtes de te laisser berner par ton amour pour elle. Harm. Fais attention. »

J’entends des pas se rapprochant, je me dépêche de m’éloigner de la porte pour qu’aucun ne sache que j’ai écouté. Je vais dans mon bureau et je ferme les volets et la porte contre laquelle je m’appuie. ‘Son amour’, alors il est amoureux de moi ou simplement me voit-il comme une amie. Je sais qu’il tient à moi, mais entendre Sturgis parler de son amour mais aussi de ce que notre situation lui fait ressentir me fait prendre conscience de tout.

Je savais qu’il y avait entre nous une forme d’attirance, et même de l’amour mais pas que ça pouvait être destructeur. De mon côté certes, je suis amoureuse de lui, mais ses sentiments à lui ont toujours été pour moi assez flou.

Je me rends compte que ce que je craignais est en train de se passer. J’ai craqué, je me suis laissé prendre à ce jeu, je me suis laissé tomber dans ses bras et dans une bulle de bonheur que je ne peux avoir, car je l’entraîne avec moi et je ne le dois pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tophie
Connaisance de Sarah Mackenzie
avatar

Nombre de messages : 137
Localisation : Marne
Date d'inscription : 20/09/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Mer 16 Jan - 19:46

Super suite...

Peut etre que ce que Mac a entendu va la faire réagir...

Vivement la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tophie51.skyblog.com
cam
Connaissance de Catherine
avatar

Nombre de messages : 1860
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Jeu 17 Jan - 16:41

j'adore
vivement la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
JAG- Save me from my dark [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» BoutiqueVoriagh et dark addict Pouvant convenir aux Ega,EGL.
» Corvée terminée !!!!
» Quels sont ces produits MAC que vous avez terminé?
» Dark-orbit !!
» Les Anges de la Mort [5e Cie Dark Angels]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catherine Bell Forum Français :: Espace créations :: Espace Créations :: Tout public-
Sauter vers: