Catherine Bell Forum Français

Non-officiel
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 JAG- Save me from my dark [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Julia R.
Admin
avatar

Nombre de messages : 2164
Localisation : On the Stars
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Jeu 17 Jan - 20:55

woaw elle a intérêt a réagir Mac!!!

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://catherine-bell.wifeo.com/
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Dim 10 Fév - 18:25

tin c'est terrible, je m'en veux pour toute cette attente mais faut vraiment que jme trouve une autre mémoire ptdr....désolé je vais tacher de me rappeler que je dois poster. pour la peine je mets 2 suites. Merci pour les coms en tout cas.

Chapitre 11 :

04 Juillet 2004
Appartement de Harm
Nord d’Union Station
08h50 PM heure locale.


Je suis assis sur le canapé, les genoux contre ma poitrine et mes bras les entourant. Je regarde la télé, je ne sais même pas ce qu’est l’émission, c’est une sorte de Talk Show à la Oprah Winfrey, c’est inintéressant mais je m’en fiche, je n’y prête pas attention, je suis dans mes pensées.

Je repense à Sturgis et à sa discussion avec Harm. Surtout de ce qu’il lui a dit, qu’un jour ça s’arrêtera et bientôt, on aurait dit qu’il savait quelque chose. Je ne peux pousser mes pensées plus loin car Harm me rejoint habillé en civil. Tout comme moi, il a échangé l’uniforme contre une tenue plus décontractée.

« Alors ? » Me demande-t-il.

« Quoi ? »

« On va où ? »

« Oh….euh…je ne sais pas, je crois…qu’on devrait …oublier. Sortez si vous voulez, je vais rester là. »

« Pourquoi ? »

« Laissez tomber Harm. »

Je me lève et m’assois sur un tabouret du comptoir de la cuisine sous le regard étonné de Harm qui je le sais ne comprends plus mes agissements.

« Je suis désolée, Harm. »

Moi-même, je ne sais plus où j’en suis. Tout est tellement confus pour moi. Je suis comme ces grandes héroïnes de tragédies perdues entre passion ou raison. J’ai envie de continuer tout ça, cette vie mais ma raison me dit que j’agis mal vis-à-vis d’Harm. Que je risque de le faire souffrir. Il se lève et vient s’asseoir à côté de moi avant de tendre sa main vers ma joue où une larme coule et dont je ne me suis pas rendue compte. Je hais quand je craque ainsi, quand je pleure sans raison.

« J’en ai marre, » lui dis je. « Je pleure et j’ignore pourquoi. »

« Ca arrive parfois. »

« Trop souvent si vous voulez mon avis. J’étouffe je crois…dans ma vie en général, il y a trop de choses qui ne vont pas. »

« Raison de plus pour sortir ce soir. Vous m’avez dit que vous aviez une idée, non ? »

« Ouais. »

« Ben alors qu’est-ce qu’on attends ? »

Je lui souris à la fois pour le remercier d’être là mais aussi pour tout ce qu’il fait depuis le début, depuis qu’il est entré dans ma vie dans cette roseraie.


04 Juillet 2004
Plage de Highland Beach
Maryland
10h13 PM heure locale.

Je ne voulais pas aller dans des lieux bondés de monde, alors je pensais que nous pouvions aller faire un tour sur une plage et profiter de l’air frais et du beau temps que nous confère l’été. Nous ne sommes pas seuls mais au moins nous évitons vraiment la foule des bars et des rues, ceux qui font la fête seulement si ils boivent de l’alcool.

« Vous voulez parler ? » Me demande Harm.

« Pas vraiment. »

« Vous savez qu’un jour ou l’autre…vous allez devoir le faire, sinon vous n’allez pas vous en sortir. Faites-le, si ce n’est pas avec moi…je ne sais pas moi…parlez-en à un médecin. »

« Harm, » je m’arrête de marcher et me tourne vers lui. « Je ne peux pas parce que même moi j’ignore ce que j’ai. »

«Mac, »

« Harm, je…je sais que vous voulez m’aider mais……je n’y arrive pas. J’ai une boule au ventre, j’ai envie de pleurer et je souhaite tellement que vivre et ne plus avoir l’impression de regarder ma vie passer. »

Je sens des larmes au bord de mes yeux et je ne les retiens pas. Je me mets à pleurer et je n’aime pas savoir que Harm voit ces larmes alors je me tourne et commence à m’éloigner un peu.

Soudain je sens deux bras m’encercler, Harm m’oblige à me tourner et il me serre dans ses bras où je me laisse finalement aller. J’évacue toute ma tristesse, je ne sais même pas d’où ça vient mais j’avais envie de pleurer.

Je me sens bien tout d’un coup, tellement bien. Je me sépare un peu de lui et le regarde dans les yeux il me sourit et je me mets sur la pointe des pieds avant de poser un baiser sur ses lèvres. Ce baiser est doux, léger, chaste, ce n’est pas grand-chose mais à peine me suis-je séparé de lui que j’ai encore envie de l’embrasser et plus avidement mais je ne peux pas.

« Merci, Harm. C’est le truc que je dois dire le plus souvent ces temps-ci. »

« J’en ai l’impression. »

On se sourit tout en restant dans les bras l’un de l’autre, j’aime être dans ses bras, dans la chaleur de ses bras, contre son corps doux. Je m’éloigne de lui avant de lui prendre la main et de l’attirer avec moi un peu plus loin sur la plage.

« Mac où est-ce que vous m’amenez ? »

« Quelque part. Pourquoi auriez-vous peur d’une femme ? »

« Oui, de vous surtout. »

« Voyons les femmes ne sont pas si terribles que ça. »

« Franchement je ne sais plus. »

« Vous dites ça comme si vous n’aviez pas eu de femmes depuis des mois. »

« Des années. »

Je m’arrête et le regarde.

« 1 an, c’est pas des années. »

« 1 an ? »

« Oui, Catherine. »

« Je ne suis jamais sorti avec Catherine. »

« Vraiment ? Bon alors…vous avez eu quelqu’un que je ne connais pas. C’était quoi son nom ? »

« Renée. »

« Renée ? Vous êtes sorti avec une femme qui portait le même nom que votre… »

Je le fixe et soudain je comprends.

« Renée…c’est la Renée. »

« Oui, la Renée, celle que vous appeliez Cécile B200. »

« Attendez, ça fait quoi 3 ans…que vous…n’avez pas… »

« Oui. »

Je n’arrive pas à croire que Harm n’a pas fait l’amour depuis plus de 3 ans. Mon dieu ! Comment il a fait ? Pauvre Harm. Mais ça veut dire aussi que s’il n’a pas fait l’amour depuis plus de 3 ans, il doit être assez tendu et…ben…il va donner sacrément à la prochaine femme de sa vie.

« Et bien, bravo Harm. »

Je reprends notre marche suivit par Harm quelques centimètres plus loin. On va dans un coin plutôt calme, je retire ma petite veste car il fait assez chaud, Harm fait de même. Soudain je me mets à rire.

« Quoi ? Pourquoi vous riez ? » Me demande Harm.

« Je n’arrive pas à croire que ça fait 3 ans que vous….oh mon dieu. »

J’explose littéralement de rire « Désolé, Harm mais…. » Je ne me retiens plus, c’est assez drôle et à la fois dramatique.

« Vous trouvez ça drôle ? »

« Mais Harm… »

« D’accord, » dit-il avant de me soulever dans ses bras et de s’avancer dangereusement dans l’eau où il me jette. Je me retrouve tremper de la tête au pied et maintenant c’est Harm qui explose de rire. Je lui lance un regard noir et finalement je sais que je n’arriverais même pas à me venger si je fais le Devil Dog Marin’s alors je commence à faire comme si je pleurais. Il se sent mal et commence à me rejoindre.

« Mac, je suis… »

Il est assez proche de moi, je souris et je le mets à l’eau. Je m’amuse à faire comme si je le coulais, puis il sort finalement de l’eau étant plus fort que moi. Il me jette un regard noir.

« Vous avez oser. »

« Je suis désolée mais c’était tentant. »

« Vraiment ? »

Il me remet dans l’eau et on s’amuse pendant un moment dans l’eau comme des enfants de 5 ans. Je n’ai plus rit depuis longtemps, c’est la première fois depuis des mois que ça m’arrive.

Au bout de 30 minutes on s’arrête, nous sommes collés l’un à l’autre dans les bras l’un de l’autre. Je lui souris avant de poser ma tête sur son épaule, il me sert fort dans ses bras comme tout à l’heure. Avec la chaleur dehors, être dans l’eau c’est super. Heureusement qu’on a laissé nos papiers dans nos vestes.

Je lève ma tête de son épaule et cette fois ce n’est pas moi qui approche mon visage de lui, mais lui qui se rapproche de moi. Il dépose un léger baiser sur mes lèvres, son baiser est doux et chaud. Il éloigne ses lèvres finalement et j’en suis triste.

« Mac, je suis… »

Je n’hésite plus et je l’embrasse, je pose mes lèvres sur les siennes, ce baiser n’est plus chaste ni doux mais plutôt avide et pleins de désirs. Je caresse de ma langue ses lèvres et finalement il les ouvre ses lèvres et nos langues se rencontrent.

Notre baiser est empli de toute la tension que nous avons accumulée durant toutes ses années. Ce n’est pas bien, non pas que ce n’est pas agréable mais c’est plutôt que d’un point de vue moral ce n’est pas bien. Je me sépare de lui et le fixe.

« Désolée, » dis-je à Harm.

Je commence à retourner sur la plage sous le regard déçu de Harm. Il me rejoint quelques secondes après alors que je suis assise par terre. Il s’assoit à côté de moi.

« Mac, » Je tourne la tête et le regarde. « Qu’est-ce que j’ai fait de mal ? »

« Rien, Harm. C’est moi. »

« Dites-moi ce qui ne va pas ? »

« Je n’en sais rien, j’en avais envie mais… »

« Mais quoi ? »

« Je ne veux pas vous blesser. »

« Vous ne me blessez pas Mac. »

Il s’approche de moi et m’embrasse tendrement. Je sens mon cœur s’arrêter de battre pendant un instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Dim 10 Fév - 18:26

Chapitre 12 :

05 Juillet 2004
Appartement de Harm
Nord d’Union Station
01h06 AM heure locale.


Nous sommes rentrés il y a une demi heure environ sans avoir parlé. Aucun de nous deux n’a trouvé nécessaire de dire quelque chose, mais après tout y avait-il vraiment quelque chose à dire ?

Après toutes ses années nous avons appris que les paroles chez nous, ne faisaient que nous anéantir car nos mots ont souvent dépassés nos pensées et nos sentiments. C’est paradoxal et gênant pour des avocats comme nous de ne pas savoir parlé, de ne pas trouvé ses mots.

Je suis assise dans la salle de bain, par terre, mon dos appuyé contre la paroi de verre. Je me repasse sans cesse cette soirée, c’était si bien et puis il a fallu que l’on franchisse cette ligne. On ne devrait pas être gêné, nous sommes un homme et une femme plutôt sexy d’après les autres et il est normal que nous éprouvions une forme d’attirance.

« Je peux me joindre à vous ? » Me demande Harm du haut des quelques marches qui séparent la salle de bain et la chambre.

Je tourne le visage et le fixe, dans ses yeux je comprends qu’il est tout aussi perdu que moi. Je lui souris lui indiquant qu’il est le bienvenue. Il descend les marches et s’assoit à côté de moi comme sur la plage.

On ne dit rien et on se sourit, je prends une de ses mains dans la mienne et je joue avec. Je m’amuse à entrelacer nos doigts doucement et il me laisse faire. Je les entrelace et les séparent plusieurs fois, comme si j’hésitais.

Finalement je les laisse entrelacés et il me serre la main.

Je sais que ce n’est rien, qu’un simple geste pourtant il y a une chose qui marche mieux entre Harm et moi que les paroles.

Ce sont nos gestes et nos actions.

05 Juillet 2004
Appartement de Harm
Nord d’Union Station
06h45 AM heure locale.


J’ouvre délicatement les yeux en entendant le réveil sonner. Devant mon regard se dessine petit à petit le visage de Harm, il dort encore un peu, il est au milieu du sommeil et du réveil. Il a froncé les sourcils à cause de la sonnerie et il est à croqué. Doucement il ouvre ses propres yeux et même au réveil ils sont magnifiques. Il me fait sourire car il a une petite bouille comme un bébé.

« Salut, » dit-il avec une voix emplie de sommeil.

« Salut matelot, » dis-je avec un sourire qu’il me rend.

Nous sommes couchés chacun sur un côté ainsi nous sommes face à face. Nous n’avons rien fait hier soir, nous n’avons pas fait l’amour. On s’est juste embrassés, caressés, touchés, on a fait ce qu’on souhaitait faire depuis longtemps.

On s’est endormi ensuite sur le lit apaisé, heureux, comblés. Même si nous avons peu dormi et que nos visages reflètent notre fatigue nos sourires cachent tout cela. Je ne me suis jamais senti aussi bien de toute ma vie.

Je me rapproche doucement de lui et dépose un baiser sur ses lèvres avant de me serrer contre lui. Il m’entoure de ses bras et je replonge dans la chaleur de son corps, enveloppée dans son odeur corporelle que j’adore tant.

« Bien dormi ? » lui demande-je.

« Comme un bébé. Même si j’aurais voulu dormir encore un peu, enfin quand le devoir nous appelle. »

« Ouais. Ça aurait été cool de dormir jusqu’à 10 heures, de faire la grasse matinée dans le lit. »

« Le pire c’est que quand le week-end arrive c’est à ce moment là qu’on se réveille le plus tôt. »

« Et qu’on a pas envie de se rendormir. »

« Ouais, je déteste ça. Bud m’a dit que c’était la même chose avec les enfants, que c’était un enfer de les coucher et de les réveiller dans la semaine, mais le week-end à 7 heures ils sont debout. »

« Harriet m’a dit pareil. Elle a même rajouté : ‘pile quand enfin je peux passer un moment avec mon mari à faire des câlins, ils décident d’être de vrai tornade.’ »

« Les enfants. »

« Ouais, Chloé était pareil quand elle était petite et que je passais du temps avec elle. »

« Ça doit quand même être génial. Mattie est trop grande pour faire ce genre de chose, c’est plutôt du genre ‘Harm, tu peux me laisser à 10 mètres du lycée, je peux marcher’ ou alors ‘je suis plus une fille je suis une femme’ »

« C’est ça les ados Harm. »

« Oui, je viens de le découvrir. »

Dans sa voix, même s’il plaisante, je peux sentir qu’il est triste de ne connaître que ça et pas les matins bombardés de cris de joie et d’enfants surexcités. Il connaîtra ça un jour avec ses enfants et j’espère aussi le connaître.

« Bon debout, mauvaise troupe, » dis-je en m’éloignant de lui. « Prem’s à la douche. »

Je ne lui laisse même pas le temps de répliquer que je saute déjà du lit et que je vais dans la salle de bain. Il reste seul au milieu du lit encore en train de se réveiller je crois. Pendant que l’eau coule le long de mon corps, je l’entends se lever et au fond de moi, je ne souhaite qu’une chose c’est qu’il vienne me rejoindre mais il ne le fait pas.

Au lieu de ça il va dans la cuisine pour préparer le petit déjeuner. Je sens alors l’odeur du café frais emplir l’appartement alors que je m’enveloppe dans une serviette. J’enfile mon uniforme après m’être séchés et je m’observe dans la glace.

J’ai changé je le vois, je suis plus radieuse qu’il y a quelques semaines et je suis encore plus heureuse qu’il y a plus d’un an. Le Paraguay a modifié plus de choses que ce que je ne croyais.

Je sors de la salle de bain pour rejoindre Harm qui est toujours dans la cuisine. Du haut des marches de la chambre, je l’observe, il est absolument magnifique. Je descends les marches sans jamais cesser de le regarder.

« Salle de bain libre. Allez-y, je finis de préparer. »

« Vous êtes sûr ? Je peux finir. »

« C’est bon Harm, je ne suis pas manchot, je sais cuisiner. »

Il me lance un regard incertain et je lui tape le bras.

« Saleté, » dis-je à Harm qui rit. « Allez sous la douche matelot avant que je ne vous y mette de forces. »

« J’aimerais voir ça, » dit-il avec un sourire supérieur.

Je m’approche dangereusement de lui et je l’embrasse comme pour le motiver. Lorsque je m’éloigne, il me regarde avec des yeux emplis de désir. Je lui souris d’un air coquin.

« Allez matelot, faites-moi plaisir. »

« Oui madame. »

Il passe devant moi avant d’aller dans la chambre, quel pouvoir nous avons les femmes sur les hommes. J’entends l’eau de la douche coulée, et j’imagine son corps nu sous l’eau. Que j’aimerais être avec lui en ce moment !

Sarah arrêtes, calmes-toi. Occupes-toi du petit déjeuner.

Je me mets alors au travail, je prends deux mugs et sers le café qui est fini, je fais griller du pain et sors tout ce qu’il faut : confiture, miel, beurre, les assiettes, les couverts. Harm a déjà sorti le jus d’orange et deux verres, je nous serre alors et je pose tout sur le comptoir de la cuisine.

Je suis tellement plongé dans mon travail que je n’entends pas que Harm a fini. Ce n’est que lorsque je me retourne que je le vois sortir de la chambre.

« Woaw, Mac vous êtes une vrai femme au foyer. »

«Vous avez vu ça, » dis-je toute fière de moi.

Il s’assoit sur un tabouret alors que moi je contourne le comptoir et m’assieds à côté de lui. On commence à prendre notre petit déjeuner quand soudain j’entends Harm qui rit doucement. Je tourne le visage et je le regarde.

« Quoi ? »

« Vous avez…du…attendez, » dit-il en prenant une serviette qu’il me tend ensuite. « Vous avez de la confiture. »

« Oh. Ok. Et vous me donnez une serviette. »

« Et bien….oui. »

« D’accord, » dis-je en prenant la serviette et en retirant le peu de confiture que j’ai au-dessus de la lèvre. « Je connaissais un autre moyen plus agréable. »

« Moi aussi, mais…on a tout le temps pour ça. »

« On va passer une journée entière chacun dans son bureau, sans se voir jusqu’à ce soir où l’on va être épuisé alors… »

Je lui tends une perche, à lui de saisir sa chance. Il me sourit et s’approche doucement avant de m’embrasser tendrement. Je passe ma main dans ses cheveux pour le rapprocher encore plus de moi et approfondir le baiser.

J’ignore combien de temps on est resté à s’embrasser mais en tout cas, nous sommes partis en courant ce matin là car nous risquions d’être en retard.


A suivre....(demain)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia R.
Admin
avatar

Nombre de messages : 2164
Localisation : On the Stars
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Dim 10 Fév - 20:17

les dernières scènes sont très belles!! Bravo moi j'aime beaucoup cette tendresse entre eux!!
smil123 smil123 smil123


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://catherine-bell.wifeo.com/
Tophie
Connaisance de Sarah Mackenzie
avatar

Nombre de messages : 137
Localisation : Marne
Date d'inscription : 20/09/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Dim 10 Fév - 21:01

TroOop bien ces suites...

J'aime beaucoup Majandraelo...

Vivement la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tophie51.skyblog.com
cam
Connaissance de Catherine
avatar

Nombre de messages : 1860
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Lun 11 Fév - 10:39

J'adore

La suite stp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Lun 11 Fév - 18:09

Chapitre 13 :

05 Juillet 2004
QG du JAG
Falls Church, VA
10h38 AM heure locale.

Je suis dans le bureau de l’amiral, enfin du bureau du JAG puisque l’amiral n’est plus là. Je suis assise en face de Sturgis et nous passons en revue plusieurs dossiers.

« Alors, » me dit Sturgis.

« Quoi ? »

« Vous et Harm ça va ? »

« Moi et Harm ? Qu’est ce que vous voulez dire ? »

« Et bien, vous vivez ensemble et vous sembliez proche de plus ce matin vous êtes arrivé en retard. »

« On était pris dans les embouteillages. »

« Expliquez-moi alors les cernes sous vos yeux. C’est encore les embouteillages ? »

« Ecoutez Sturgis, je n’ai pas couché avec Harm, on est sorti hier soir se promener pour le 4 juillet et on est rentré tard. Ce matin, il y avait des embouteillages comme d’habitude et si vous voulez qu’on en parle, je vais vous dire, vous n’êtes pas le JAG d’accord. Ce qui se passe entre Harm et moi ne vous regarde pas. »

« Si justement Mac, Harm est mon ami et je m’inquiète pour lui. »

« Vraiment ? Dites-moi, je ne me souviens pas vous avoir vu très proche de lui après le Paraguay. »

« Je vous signale que vous étiez la cause de son malheur. »

Alors là, je ne sais pas quoi répondre, il a marqué un point, c’est ma faute, tout ce qui s’est passé est de ma faute mais j’ai essayé de tout réparer. Et je crois que vu la soirée que Harm et moi nous avons passé il m’a pardonné.

Soudain l’interphone sonne, Sturgis appuie sur le bouton.

« Oui, Jen. »

« Le capitaine Rabb veut vous voir, il a dit que ça ne serait pas long. »

« Faites-le entrer. »

Génial, tout les trois dans le même bureau.

« Harm, tu voulais me voir ? »

Je me tourne et je le vois dans son uniforme, un dossier à la main. Dieu qu’il est beau.

« Je voulais t’amener le Dossier Parker, » dit-il en tendant le dossier.

Il se tient juste à côté de moi en attendant que Sturgis soit d’accord. Il me regarde et me sourit avant de me demander du bout des lèvres si ça va. Je roule des yeux lui faisant comprendre que non et je souris quand même.

Je m’amuse à tendre doucement la main et à lui caresser la sienne pendant que Sturgis a le regard plongé dans le dossier. Il ne se rend même pas compte de ce qui se passe entre Harm et moi. Malheureusement il finit trop vite de lire et on sépare nos mains.

« Tout est bon, tu peux y aller, » dit Sturgis.

« Merci, » il se tourne « a tout à l’heure, » me dit-il.

« A ce soir, » dis-je ironiquement.

On se sourit encore plus avant qu’il ne sorte. Quand je me remets face à Sturgis, il me regarde.

« Quoi ? »

« Il n’y a rien ? »

« Sturgis, taisez-vous. Vous n’êtes pas mon patron et je vous signale que même si vous êtes le JAG temporaire, moi je suis le chef d’état major, j’ai plus de contact avec le Secnav que vous. Ne l’oubliez pas. »

« C’est une menace. »

« Non. Je vous préviens c’est tout. »

16 Juillet 2004
Appartement de Harm
Nord d’Union Station
09h10 PM heure locale.


« Arrêtes-tu lui a dit ça ? » Me demande Harm en s’asseyant à côté de moi sur le canapé.

« Oui. Il m’énerve il pense être le boss juste parce qu’il remplace l’amiral. »

« Attends, y a deux semaine tu le menaçais…. »

« Je ne le menaçais pas, je le prévenais. »

« Et là…tu l’as presque insulté. »

« Je l’ai pas insulté. »

« Un peu. »

« Bon, » je mords dans ma part de pizza « cht’arrête de me chritiquer. »

« Tu sais que t’es mignonne quand tu parle la bouche pleine. »

« ché vrai ? »

« Non. »

Je lui donne une petite tape sur le bras lui signifiant qu’il m’a blessé. Mais mon sourire me trompe. Il allume la télé et mets un programme quelconque. On mange tranquillement la pizza qu’on a commandée assis sur le canapé.

Après trois parts je m’arrête et bois un peu d’eau avant de me replonger dans le canapé. Je prends la télécommande et je zappe. Il n’y a vraiment rien.

« Tu sais que si tu zappe un tout petit peu plus vite on a remonté le temps. »

« Tu es drôle. Tu le sais ? C’est pas vrai y a rien. »

« Comment t’arrives à le savoir tu passes les chaînes n’importe comment. »

« Mais y a rien tu veux que je passe plus doucement. Ok. »

Je fais exprès de rester 2 min sur chaque chaîne et ça en devient lassant. Tout d’un coup je tombe sur une chaîne épatant.

« C’est pas vrai. »

Harm recrache l’eau qu’il avait prise.

« Jte jure que j’ai jamais regardé. »

« T’as la chaîne porno. C’est pas vrai. »

« Mac, jte jure j’ai jamais regardé, j’ai pris entièrement le câble toutes les chaînes mais je regarde pas. »

« Tu sais que je suis pas ta mère Harm, tu fais ce que tu veux. »

J’ouvre la bouche et tourne la tête, un petit regard rapide sur le côté et je peux voir que Harm fait pareil.

« Woaw…ils sont athlétiques,» dit-il.

« Ouais et souple. »

On tourne la tête suivant le mouvement des ‘acteurs’.

« C’est possible de faire ça. Comment ils font ? La fille doit avoir sacrément mal à la tête. »

« Mon dieu, c’est….incroyable, » dit-il.

« Je devrais essayer. Tu as de l’aspirine j’espère. »

Il tourne le visage vers moi et je souris à ma déclaration et à son expression.

« Je plaisante Harm. Avec ça je risque de me faire un torticolis et de me foutre le dos en l’air. »

Je pose la télécommande sur la table sans éteindre la télé et je le regarde.

« Si tu voyais ton expression. »

« Je suis un homme Mac. »

« Oh, et un homme ça démarre au quart de tour »

« Et bien…on va dire que je suis aussi en compagnie d’une très jolie femme. »

C’est incroyable, j’ignore si c’est le film ou son regard mais je me sens soudain très excité par lui. Je ne m’approche pas doucement de lui, je lui saute dessus.

Nos langues se battent en duel pendant de longues minutes. Je défais rapidement les boutons de sa chemise pendant que ses mains passent sous mon débardeur. Il le remonte avant de me l’enlever, et je me retrouve en soutien gorge devant lui. Je suis assise sur lui alors qu’il est allongé sur le canapé. Je le fixe avec des yeux emplis de désir et je sais que ce soir sera notre soir.

Je passe mes mains sur son torse nu avant de l’embrasser. J’arrive dangereusement à son jean quand on tape à la porte.

« Harm, » dit une voix féminine.

Je me relève et le regarde.

« Harm, c’est Mattie. Tu m’ouvre, je sais que t’es là. »

« Merdre, » marmonne Harm.

Je me lève et remets mon débardeur alors que Harm remets sa chemise et éteint la télé. Je vais dans la chambre pour lire en attendant qu’il ait finis avec Mattie. Ce soir, n’est pas notre soir.


A suivre ....(Demain)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tophie
Connaisance de Sarah Mackenzie
avatar

Nombre de messages : 137
Localisation : Marne
Date d'inscription : 20/09/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Lun 11 Fév - 18:24

Je suis morte de rire avec le passage de la chaîne porno... ça ma rappelle un souvenir d'ailleurs...

TroOop bien, toujours aussi bien devrais je dire...

Vivement la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tophie51.skyblog.com
cam
Connaissance de Catherine
avatar

Nombre de messages : 1860
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Lun 11 Fév - 19:19

Dommage que Mattie est arrivé.

J'adore de trop
Vivement la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia R.
Admin
avatar

Nombre de messages : 2164
Localisation : On the Stars
Date d'inscription : 28/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Mar 12 Fév - 10:22

mais pourquoi Mattie est venue?????
Pas grave y aura d'autres occasions! ; )
Et le passage de la chaine porno!! j'adore je les imaginent bien tout les deux devant l'écran à se demander comment les 'acteurs' font!!


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://catherine-bell.wifeo.com/
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Mer 13 Fév - 12:13

Merci pour les coms, là voilà la suite, en espérant que vous l'aimerez.

Chapitre 14 :

19 Juillet 2004
QG du JAG
Falls Church, VA
6h40 PM heure locale.


Je suis assise dans mon bureau tout en fixant l’horloge en bas de mon écran d’ordinateur. Je sais que bientôt Harm viendra me chercher pour que l’on rentre. On n’a plus vraiment parler depuis trois jours, depuis le soir où on aurait dû.

On a même du mal à se regarder dans les yeux et je comprends alors ce que Sturgis voulait dire, ce que je voulais éviter. Tout cela. Si ça se passe mal entre lui et moi, on en est réduit à ne plus se parler ni même se regarder.

Nous ne sommes que lundi et la semaine semble longue. J’aurais tellement voulu qu’on parle, mais lorsqu’il en avait fini avec Mattie, je dormais déjà et le week-end fut plus que silencieux, nous étions tous les deux submergés de travail alors nous n’avons fait que ça : travailler.

On ressemble à un vieux couple qui s’est disputé. Et pourtant, j’ai du mal à croire qu’on va rester comme ça longtemps. Déjà dimanche soir, alors qu’on s’était mis devant un programme quelconque, nos yeux ne cessaient de se croiser et se mêlaient à nos sourires.

Ça y est, je le vois sortir sur bureau de Sturgis plus qu’épuisé, il va à son bureau pour prendre ses affaires je pense et ensuite, il passera me prendre. Je ne l’ai pas beaucoup vu aujourd’hui mais ce n’est pas parce qu’il avait beaucoup de travail non. C’est plutôt à cause de moi.


19 Juillet 2004
Cabinet du docteur Mc Cool
Hôpital de Bethesda
04h02 PM heure locale.



Je n’aime pas vraiment les psy et l’amiral m’a poussé, même m’a ordonné d’aller voir ce psychologue après l’affaire Sadik. Elle est plutôt sympa et après m’être résigner à y retourner, me voici dans son cabinet.

« Je suis heureuse que vous soyez revenue, » me dit-elle

« Pourquoi ? Je vous fais gagner plus d’argent ? »

« Non, pas forcément. J’ai ressenti dès le premier contact que…vous étiez quelqu’un dont la vie semble la perdre. »

« Vous avez lu mon dossier. »

« Oui mais ça se voit. Dites-moi tout simplement pourquoi vous êtes là. »

Si je le savais moi-même.

« J’en sais rien, j’avais besoin de parler. »

« De quoi ? »

« De plein de choses, il y a…mon petit ami, enfin mon ex…était agent à la CIA, il est mort il y a plus d’un mois. Un mois et demi environ. »

« Et ? »

« Et bien. Je me sentais triste au début et puis je me suis rendu compte, qu’il ne me manquait pas tant que cela. Sauf sur le plan…vous voyez…avoir un homme dans sa vie, ce côté qui fait que quand vous rentrez chez vous il est là. »

« Oui, je vois tout à fait. »

« Je devrais me sentir seul, me sentir mal. En manque, mais non. Il n’a jamais été là. Il décommandait presque tout le temps. Je ne suis jamais arrivée chez moi et il avait préparé un bon dîner. Il venait me voir que quand il était là et pour….plus que de passer du temps avec moi. Juste pour faire l’amour, pour évacuer toutes ses tensions. »

« Vous l’aimiez ? »

« Je me le demande. »

« Pourquoi ? Il devait vous plaire. »

« Oui. Je l’aime bien pourtant…….est-ce qu’on peut aimer deux personnes à la fois ? »

« Deux hommes vous voulez dire ? »

« Oui. C’est possible ? »

« Bien sûr. »

« Mais…on ne peut pas les aimer de la même manière on est d’accord. Y en a un qu’on aime plus que l’autre. »

« Oui et non. Disons qu’il y en a un qui nous attire car il n’a pas forcément ce que l’autre a. Ils ont tous les deux quelque chose qui nous plait. »

« Comment on peut choisir ? »

« Et bien….on doit voir avec lequel des deux on se voit passer sa vie tout entière. Si on peut vivre avec pour toujours. »

Je m’enfonce dans sa chaise qui est face à elle de l’autre côté de son bureau.

« Qui est le deuxième ? »

« C’est un collègue de bureau. »

« Un avocat. »

« Oui. On se connaît depuis 8 ans a peu près. On a été simple collègue puis partenaire, et ensuite amis, très proche. »

« Vous êtes intime avec lui ? »

« Non, enfin ça dépend. On n’a pas couché ensemble mais il me connaît parfaitement. Il sait comment je suis. Il lit en moi comme dans un livre. Il a toujours été là. »

« Vous êtes amoureuse de lui ? »

« Je le crois, » dis-je dans un long murmure. « J’en sais rien. J’ignore si je l’aime ou si je suis attiré par lui, physiquement. »

« C’est toujours dur. Vous en avez parlé à quelqu’un ? »

« Non. Je n’ai personne qui puisse m’aider. »

« Quand vous avez des soucis à qui en parler vous ? »

Je n’ose pas la regarder et je me mords la lèvre inférieure.

« Lui. Tout le temps ? » Me demande-t-elle.

« Ouais, même pour des histoires avec des hommes. »

« Vraiment ? »

« Je vous assure. J’ai une amie qui travaillait avec nous, je parle avec elle mais je ne peux pas lui dévoiler tout. Mais à lui, oui. Depuis, un moment, on entretient une sorte de relation. Après la mort de….enfin…je ne savais plus où j’étais, notre amiral venait de partir, j’ai appris que je n’aurais jamais d’enfant, juste 4% de chance d’en avoir. Tout s’est passé si vite, je n’arrivais plus à vivre chez moi. Harm m’a recueilli en quelque sorte. Tout a changé et je crois qu’on sort ensemble. »

« Vous croyez ? »

« On agit comme avant, les mêmes attentions sauf que c’est plus….intimes. On s’embrasse, on dort ensemble. On a failli…faire l’amour. Mais on a rien fait. On a été dérangé par quelqu’un. Depuis on n’en a pas parlé. »

« Par peur ? »

« Je crois. Les mots nous ont souvent éloignés, blessés. Alors….voilà. J’ai…je ne sais plus quoi ressentir. »

« Vous l’aimez depuis 8 ans ? »

« A peu près. Comme je l’ai dit j’ignore si c’est de l’amour ou de l’attirance. Je ne sais pas si une fois qu’on sera ensemble, tout ira bien. »

« Et si c’était le bon ? »

« C’est exactement le problème. Je sens au fond de moi que je suis folle de lui et j’ai peur de ne pas lui donner ce qu’il faut. Au sujet des enfants. »

« Il s’en fiche peut-être. »

« Il me l’a dit. Il veut juste faire partie de ma vie. Je suis allée voir mon médecin tout à l’heure pour suivre un traitement qui m’aidera à avoir plus de chance d’avoir des enfants. »

« Vous voulez vraiment en avoir ? »

« Je veux tout tenter pour lui. Avec….les autres hommes de ma vie j’ai jamais eu envie d’avoir une famille. Alors qu’avec Harm. Et c’est pas juste maintenant. »

« Alors c’est que vous l’aimez colonel et que vous devez tout tenter avec lui. »

Cette femme est exceptionnelle. C’est son métier aussi de m’aider mais elle a quelque chose en plus.

19 Juillet 2004
QG du JAG
Falls Church, VA
6h45 PM heure locale.


« La Terre appelle Mac, » dit Harm devant moi.

Je sors de mes pensées et le fixe, il me sourit.

« Hey, où étais tu ? » Me demande-t-il.

« Très loin »

« On y va ? »

« Je t’attendais. »

« Je ne t’ai pas vu de la journée. »

« Je suis allée à Bethesda. Ecoutes rentrons à la maison et je t’expliquerai. »

« Ok. »

On s’apprête à partir quand soudain le téléphone de mon bureau sonne.

« Laisse tomber, » dis-je à Harm. « Il me rappellera. »


A suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Connaissance de Catherine
avatar

Nombre de messages : 1860
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Mer 13 Fév - 14:21

trop trop super

vivement la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Jeu 14 Fév - 16:21

Chapitre 15 :

19 Juillet 2004
Appartement de Harm
Nord d’Union Station
7h19 PM heure locale.


Je sors de la douche seulement vêtue d’une serviette après tout ce temps je ne me sens même pas gênée par le fait que Harm ne soit qu’à quelques mètres de moi. Je suis épuisée et je m’écroule sur le lit, cette chaleur extérieure me rend dingue.

« Tu sais que tu mouilles mon lit. »

Je relève la tête et le fixe. Il me sourit, appuyé contre le chambranle de la paroi de verre qui sépare le salon et la chambre.

« J’en peux plus, » dis-je en soupirant « fais chaud. »

« C’est l’été Mac, c’est normal. »

« Pourquoi tu n’as pas de clim’, jte jure c’est génial. »

« J’ai le câble on attends un peu pour la clim’, surtout qu’on ne s’en sert que l’été. »

« C’est vrai que c’est mieux de se regarder un porno. »

« Je t’ai dit que j’en regardais jamais. »

« Menteur. T’as pas fait l’amour depuis des années et tu ne regarderais pas un petit porno de temps en temps. »

« Jamais. Mattie était tout le temps là. »

« Et maintenant je suis là, » dis-je d’une voix plus suave.

Il lève les sourcils assez surpris par ce que j’ai dit. Je m’allonge de nouveau en riant aux éclats. Il comprend que je ris de lui. Il s’avance doucement avant de s’allonger à côté de moi.

« Non, mais tu te moques de moi. » Dit-il essayant de paraître faussement sévère.

« Un peu, » dis-je en riant toujours. « Tu es drôle tu ne le savais pas ? »

« Je l’ignorais totalement. »

« Et bien maintenant tu le sais, » dis-je en me relevant un peu avant de me pencher sur lui et de l’embrasser tendrement.

Je sens une de ses mains sur ma nuque et me rapproche de lui. La serviette se détache doucement et je sais que si je continue je serais complètement nue. Je crois qu’il la sentit car il se sépare de moi.

« Tu veux manger quoi ? » Me demande-t-il.

« Toi, » dis-je en l’embrassant.

Mais après quelques secondes, il me repousse légèrement.

« Non, sérieusement. Tu veux quoi ? »

« J’étais sérieuse, je te veux toi. »

« Mac, » dit-il en me repoussant encore alors que j’allais l’embrasser à nouveau.

Je me mets sur mes genoux et le fixe.

« Quoi ? Dis-moi ce qui te gènes ? »

« Rien. »

« Alors pourquoi quand je dis que je te veux tu ne me crois pas et tu penses que ce n’est pas sérieux ? »

« On va trop vite je crois. »

« 8 ans Harm, tu trouves qu’on va vite ? »

« Mais tout ça c’est récent. »

« Je vois, » je me lève du lit et vais dans la salle de bain.

Je sens son regard interrogatif qui me suit, ne comprenant pas ce qui se passe. Je passe mon visage sous l’eau pour éviter les larmes de colère qui menaçaient de couler. Je ferme le robinet et m’assois sur la cuvette des toilettes, essayant de me calmer.

J’entends doucement ses pas s’approcher et finalement me rejoindre. Il se met à genoux devant moi et prends mes mains dans les siennes.

« Mac, »

Je baisse le regard et il pose sa main sur mon visage pour le relever.

« Regardes-moi, » me dit-il d’une voix douce.

J’inspire profondément et je le fixe, plongeant mes yeux sombres dans son regard.

« Tu as appris une mauvaise nouvelle à Bethesda ? »Me demande-t-il.

« Non, » dis-je dans un murmure.

« Alors dis-moi ce qui ne vas pas ? »

Je soupire longuement. « Je ne sais pas…comment être avec toi. Harm…j’ignore si tu es…mon collègue, mon partenaire, mon meilleur ami ou…mon petit ami et futur amant. J’arrive plus à savoir. Y a encore un mois tu étais mon meilleur ami, et avant cela juste mon partenaire à cause de tout ce qui s’est passé et maintenant…on s’embrasse, on dort ensemble, on…se fait des câlins et …dès qu’on doit franchir ce passage tu fuis…ou un truc nous en empêche et je sais plus quoi penser. Je sais même pas ce que je ressens parce……j’ai ça en moi depuis longtemps. Est-ce de l’attirance ou de l’amour ? Et quel type d’amour c’est ? Amical ou plus intime ? Tu vois ? »

« Tout a fait. Je comprends. C’est exactement ce que je ressens. Mac……Tu es une femme sublime…et…tu peux avoir qui tu veux…pourtant en ce moment tu es chez moi avec juste une serviette sur toi. Et moi, je suis un homme qui se trouve en face d’un vrai canon à moitié nu et je dois me contrôler parce que justement j’ignore si…c’est un simple corps sexy qui m’attire ou la femme qui est derrière ça. »

Je souris doucement. « Tu me trouves sexy ? »

« Attends, tu oses poser la question ? Tu t’es déjà regardé dans une glace ? »

« Je sais que je suis pas mal, parce que des hommes me l’ont dit mais…je pensais pas être un canon. »

« Si tu l’est. »

« Merci. T’es pas mal non plus, matelot. »

« Ça faisait longtemps. »

« Quoi ? »

« Le matelot. Tu ne m’as plus appelé comme ça depuis un moment. »

« Tu sais que tu es mon petit matelot à moi toute seule. »

On se mets à rire doucement avant qu’il ne me prenne le visage dans ses mains et ne m’approche de lui pour m’embrasser. C’est un baiser d’une infime tendresse et douceur dont lui seul à le secret. Un sourire illumine son visage quand on se sépare et il passe sa main dans mes cheveux mouillés.

« Je t’aime, » me murmure-t-il.

Mon cœur cesse de battre. Il vient de dire je t’aime. C’est…je le savais mais…je ne pensais pas qu’il me l’aurait et pas aussi facilement.

« Je…je, » dis-je en bégayant. » Ham… »

« Non, tu n’es pas obligé de répondre. Je sais qu’avec a mort de Webb tu ne sais plus trop où va ton cœur alors…ce n’est pas grave. Prends ton temps. »

Il me sourit tendrement avant de se lever et de lâcher mes mains. Il me dépose un baiser sur la tête et de sortir de la pièce.

Mon regard reste figé dans le vide, c’est inattendu et je me sens tellement bien.

A suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Connaissance de Catherine
avatar

Nombre de messages : 1860
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Jeu 14 Fév - 17:16

J'ADORE

Vivement la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tophie
Connaisance de Sarah Mackenzie
avatar

Nombre de messages : 137
Localisation : Marne
Date d'inscription : 20/09/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Jeu 14 Fév - 18:58

J'adoOore de troOop ta fic...

Vivement la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tophie51.skyblog.com
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Ven 15 Fév - 14:18

Chapitre 16 :

25 juillet 2004
Centre commercial
Washington DC
3h40 PM heure locale


« AJ, ne cours pas, » crie Harm à petit AJ.

Nous nous promenons dans la galerie marchande, sortant tout juste du cinéma qui se situe à côté. On est allé voir un dessin animé, ressemblant presque à une vraie famille, Harm a proposé ensuite d’aller boire quelque chose de frais ou de prendre une glace. Cependant en chemin, AJ a vu dans la vitrine d’un magasin de jouet la peluche du héros. Ni Harm, ni moi n’avons pu être insensible au regard d’AJ.

Et nous voici, à la table d’une cafétéria avec nos boissons devant nous pour Harm et Mac et une coupe de glace pour AJ. Mais il trouve plus d’intérêt à s’amuser avec sa peluche.

« Viens manger ta glace avant qu’elle ne fonde, » lui dis-je.

« Ou que ta tante ne la mange, » marmonne Harm. « Aïe, » rajoute-t-il quand je lui donne un petit coup de pied au tibia.

Je lui souris et la petite tape se transforme en petite caresse.

« Mac, »

« Quoi? »

« On est dans un lieu public. »

« Et alors? Où est le problème? »

« Il y a du monde. Des militaires. »

« Ca te gênerait si on nous voit nous embrassant. »

« Non, mais…AJ ne sait pas tenir sa langue. »

« Il saura la tenir. »

Il me lance un de ses flyboy grins qui me fait tant craquer avant que je ne l’embrasse.

« Beurk, » dit Petit AJ.

On se sépare avant de tourner la tête pour voir la tête de petit AJ.

« Qu’est ce qu’il y a mon cœur? » lui dis-je.

« C’est dégoûtant, » nous dit notre filleul. « Mais, je suis content. »

« Pourquoi? »

« Ben, vous êtes comme papa et maman alors. Vous vous faites des bisous comme eux. »

C’est adorable les enfants comme ça, pourtant je me penche doucement vers lui.

« Mon cœur, assieds-toi. »

Il le fait doucement et continue de me regarder.

« Tu ne dois rien dire à personne. Ni à ta mère, ni à ton père. »

« Pourquoi? » Me demande-t-il.

« Parce que…nous ne pouvons pas. AJ….imagine Superman il est amoureux, »

« Oui. »

« Mais il ne peut pas lui dire sinon il ne pourrait plus être superman. »

« Oui, sinon ben tout le monde ferait du mal à Lois »

« Exactement. Si quelqu’un sait que je suis avec Oncle Harm, beaucoup de gens pourraient nous faire du mal. Pas comme avec Superman et Lois mais c’est à peu près pareil. Tu comprends? »

« Oui. Maman m’a dit que si elle travaillait pu c’est parce que le travail de papa et elle ne pouvait pas les laisser ensemble. »

« C’est exactement ça mon lapin. Tu ne dis rien. »

« Et à mon Neuneute mon doudou. »

« Oui. Tu peux le dire à Neuneute. »

« Ok. »

Je me remets droite et souris à mon filleul adoré avant qu’il ne plonge dans la glace.



25 juillet 2004
Appartement de Harm
Nord d’Union Station
10h58 PM heure locale


Je regarde la photo sur appareil photo numérique que je viens de prendre et je ris. Harm me rejoint par derrière et regarde.

« Vous êtes trop chou tous les deux, » lui dis-je.

« J’adore cet enfant. Tu sais…, » il se met à côté de moi « tu es très douée avec les enfants. Cette après-midi quand tu étais avec AJ et que tu lui expliquais que…on ne pouvait pas être ensemble c’était très bien et tellement naturel. »

« Vraiment? »

« Oui. Je te jure. Tu as ce même instinct avec Chloé, tu es parfaite avec les enfants. »

« Tu l’ai aussi. Il n’y qu’à te voir avec Mattie. »

« Elle est ado.»

« Justement, c’est dur. »

« C’est différent. »

J’éteins mon appareil photo et le pose sur la table de nuit avant de me mettre face à Harm.

« Tu es doué Harm, toi aussi, mais tu ne le vois pas. »

« Comment tu le sais? »

« Comment tu sais que je le suis? »

Il me sourit et je passe ma main sur sa joue.

Nos yeux sont accrochés l’un à l’autre. On se fixe intensément et finalement se perdent de vue quand nos lèvres se rencontrent.

A travers les baisers qu’on partage, je peux sentir que nous allons franchir la ligne ce soir. Le fait d’avoir passé la journée avec AJ à éveiller en nous l’envie d’essayer de combattre ces 4 fichus pourcent.

Je lui fais comprendre mon envie, en passant mes mains sous son T-Shirt et lui caresse son dos. Il pose ses mains sur mes hanches avant de les glisser sous mon top.

J’ignore comment mais à partir de ce moment, mon esprit fut ailleurs, au 7ème ciel et même bien au-delà. On a enfin franchi le pas et rien ne peut nous faire faire marche arrière.



A suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Connaissance de Catherine
avatar

Nombre de messages : 1860
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Ven 15 Fév - 20:03

trop trop super

La suite stp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Dim 17 Fév - 16:55

Chapitre 17:

29 juillet 2004
QG du JAG
Falls Church, VA
2h56 PM heure locale


Je suis derrière mon bureau à taper un rapport de plus sous une chaleur étouffante. Le téléphone sonne, encore, j’en peux plus. Je décroche.

« Allô, »

Rien aucune réponse.

« Allô? »

« Sarah, » dit une voix lointaine.

« Oui, »

Rien.

« Allô? Qui est à l’appareil? »

« C’est moi Sarah, c’est….. »

Je n’entends plus rien juste des interférences et finalement la sonnerie qui m’indique qu’on a raccroché. Ce n’est pas la première fois que j’ai ce genre d’appel, ça fait plus d’une semaine et demi que ça dure.

Je me lève pour aller dans la cuisine et prendre un truc pour me réveiller, je suis épuisée par la nuit que je viens de passer, nuit où j’ai très peu dormi.

Je rentre dans la kitchenette et il est là, la cause de ma courte nuit. Le plus sexy des avocats militaires, le pilote de la NAVY qui a les plus belles fesses du monde, le sourire le plus ravageur existant. Je m’approche doucement de lui car il est de dos et ainsi il ne m’entend pas. Je passe mes bras autour de lui et souffle doucement au creux de son oreille ce qui le fait sursauter.

« Mac? »

Je me mets à rire et le lâche afin de me mettre à côté. Je mords ma lèvre inférieure en le regardant dans les yeux.

« Tu as des cernes, » lui dis-je en riant.

« C’est de ta faute. »

« La mienne? C’est la tienne aussi. On aurait dû s’arrêter à 3 fois. »

« 2 fois tu veux dire. Déjà la première était intense mais alors le reste. On a même pas dormi 2 heures. »

« Ouais. On est dingue. »

« Moi, je suis dingue de toi, » me dit-il en déposant un tout petit baiser sur mes lèvres. « Tu veux de la glace? » Me demande-t-il.

« Volontiers. Il y a quoi? »

« Pistache, chocolat, vanille, café… »

« Café. »

Il fait tellement chaud que Sturgis a fait acheter de la glace pour nous, pour qu’on puisse se rafraîchir. Plus personne ne boit de café et préfère en manger en glace. Harm me sert un bol et en profite pour s’en faire un aussi. Quand il a finit il me le tend avant de ranger le bac à glace au congélateur.

« J’ai du mal à tenir aujourd’hui, » lui dis-je. « Tu m’as épuisée. »

« On s’est épuisé mutuellement. J’en peux plus. Je veux dormir et le pire c’est que je sais que ce soir on y arrivera pas. On va recommencer. »

« J’avoue que tu es un très bon amant. »

« Merci. »

« Oh, retires-moi ce sourire tout de suite avant que je te le fasse avaler. »

« Essais toujours. »

Je prends un peu de glace que je mange et ça fait un bien fou. Je ferme les yeux en soupirant profitant de la fraîcheur qui envahit mon corps.

« Dis, tu as encore reçu un de ces appels? »

« Ouais…je ne sais pas ce que c’est…je me dis que c’est peut être Chloé qui essayait de m’appeler. Je reconnais pas la voix. »

« Tu devrais demander à trouver la provenance. »

« Je m’en fiche, j’ai d’autre chose à penser. »

« C’est comme tu veux. »

« Ne t’inquiètes pas pour moi Harm, » dis-je en l’embrassant tendrement avant de lui sourire. « Jte vois tout à l’heure, ok? »

« Ok. »
Il me lance un de ses flyboy grins avant que je ne sorte de la pièce. Je traverse le plateau avec un immense sourire en souvenir des nuits que Harm et moi avons passé depuis ce dimanche avec AJ. C’est incroyable le pouvoir qu’à un enfant.

La première fois que nous avons fait l’amour, j’ai cru qu’on allait être gêné mais pas du tout, même si Harm avait peur de me faire mal tout s’est bien passé. Il faut avoué que Harm est grand et à tous les niveaux. Et il est doué avec ses mains, il est aussi doué qu’à bord d’un avion. Il a su me faire décoller en moins de deux.

Je me rassois à mon bureau, plus légère que toute à l’heure, certainement parce que j’ai vu Harm et que ça m’a détendu. On a développé une relation très différente de celles que j’avais connu avant, celle là est plus calme, plus douce. Le téléphone sonne encore, c’est pas vrai, j’en peux plus.

J’ai mal à la tête tellement cette sonnerie stridente m’énerve.

« Allô? »

« Colonel Mackenzie. »

« Oui? »

« Je suis Mme Parker, l’infirmière de Bethesda je vous appelle pour votre traitement. »

« Oui. »

« Vous venez seule au rendez vous ou votre mari viendra avec vous?»

Je vais répondre mais on tape à la porte, je vois Harm qui me montre un dossier et il me dit du bout des lèvres qu’il a besoin de moi. Bud qui est juste derrière lui attend.

« Oui, euh….ce sera seule. »

« Vous voulez avoir une documentation là dessus. »

« Mme Parker…excusez-moi mais je suis…en pleine réunion là. Je peux vous rappeler d’ici quelques minutes? »

« Bien sûr, colonel. »

« Merci. A tout de suite. »

Je raccroche rapidement avant de regarder Harm et Bud.

« C’est votre affaire? »

« Oui, Bud vient de me ramener le dossier. »

« Je n’arrive pas à croire que Sturgis vous demande de tout vérifier, » me dit Bud.

« Et oui, il n’est pas habitué à tous ce travail. Je vérifie ce dossier et si j’ai besoin je vous fais signe messieurs….mais je… »

Le téléphone sonne a nouveau.

« C’est pas vrai, » dis-je en marmonnant avant de tendre ma main vers le téléphone et de décrocher « Allô? »

« Sarah. »

« Qui êtes vous? »

« Sarah, c’est moi…..je….je….. » les interférences recommencent. « Je…..sarah je ne suis….suis pas mort. SARAH! »

Je n’ai pas le temps de répondre que la personne raccroche.

Soudain, la voix et les paroles. Je sais de qui il s’agit mais je ne peux pas y croire. Je me retiens pour ne pas tomber de mon fauteuil.

« Madame, ça va? » Me demande Bud. « Vous êtes toute pâle. »

« Hein? »

« Mac, qu’est ce qui se passe? » Me demande Harm inquiet.

« Rien….ce n’est rien. »

« Tu es sûre, » me dit soudain Harm et je peux voir toute l’inquiétude qu’il ressent dans ses yeux.

« Oui, je t’assure, c’était rien. J’ai cru que c’était autre chose, je t’expliquerai. Je dois aller voir Sturgis. Je m’occupe de votre dossier après messieurs. »

Aucun des deux n’a le temps de répliquer que je me lève et fonce presque dans le bureau de Sturgis.


A suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Connaissance de Catherine
avatar

Nombre de messages : 1860
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Dim 17 Fév - 18:32

J'adore I love you I love you I love you

la suite stp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tophie
Connaisance de Sarah Mackenzie
avatar

Nombre de messages : 137
Localisation : Marne
Date d'inscription : 20/09/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Dim 17 Fév - 18:33

TroOop bien ta fic...

Je suis totalement sous le charme...

Vivement la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tophie51.skyblog.com
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Mar 26 Fév - 12:17

merci à tous pour vos coms



Chapitre 18 :

29 juillet 2004
QG du JAG
Falls Church, VA
3h07 PM heure locale


« Mac ! Vous pourriez prévenir avant d’enter, » me sermonne Sturgis avant que je ne ferme la porte de son bureau ou plutôt de l’ancien bureau de l’amiral.

« Vous avez vu son corps? »

« Quoi? »

« Webb. Vous avez vu son corps ou des photos? Vous êtes sûr qu’il est mort? »

« Mac, pourquoi ces questions? »

Je fais les cent pas dans son bureau prise de panique.

« Ca fait plusieurs jours que je reçois des appels sans réponse, j’entends juste Sarah. La personne veut me parler mais ne doit pas avoir beaucoup de réseaux. Au départ je pensais que j’hallucinais ou que j’entendais mal et que ce n’était pas lui, mais il y a quelques secondes il vient de dire je ne suis pas mort. Sturgis que vous ont dit les agents de la CIA au sujet de Webb. »

Je m’arrête de parler pour le fixer cherchant la réponse qu’il ne me donnait pas. Mais soudain mon cœur cesse de battre quand je vois son regard. Je sens mes jambes fondre alors je m’assois sur la chaise qui se trouve la plus près.

« Sturgis ne me dites pas….Vous le saviez? »

« Mac,… »

« Il est en vie. Vous le saviez et vous ne m’avez rien dit? »

« Ecoutez, il a voulu vous protéger. »

« VOUS LE SAVIEZ? »

« OUI!! JE LE SAVAIS! » Il s’avance vers moi. « Mac, écoutez il voulait vous protéger. C’est tout. »

« Pourquoi? Pourquoi vous ne m’avez rien dit? »

« Je ne peux pas Mac. »

« Où est-il? »

« Je ne peux pas vous le dire »

« Sturgis, je suis votre amie, vous êtes mon ami. Pourquoi vous ne me dites pas tout? »

« Mac, je suis désolé. »

Je me lève et j’ignore ce qui me fait le plus mal. Savoir que Webb m’a menti ou voir un ami me trahir. Je ne dis rien et je sors de son bureau en claquant la porte. Je me dépêche de retourner à mon bureau où Harm et Bud sont toujours là.

« Désolé, » leur dis-je. « Une affaire importante à régler. Bud, vous avez toujours le numéro de ce type…qui trouve la provenance des appels, comme ça s’appelle déjà ce genre de type…un…un… »

« Oui, j’ai toujours son numéro. Pourquoi? »

« Vous pouvez lui demander qu’il trouve d’où proviennent les appels que j’ai reçu ces derniers jours dont aujourd’hui? »

« Bien sûr, madame. »

Il sort de mon bureau pour aller faire ce que je viens de lui demander comprenant que c’est urgent me laissant ainsi seul avec Harm.

« Tu me dis ce qui se passe? »

« Rien. »

« Mac? »

« Je t’en supplie Harm ne te mêle pas de ça. C’est un truc entre Sturgis et moi. »

« Et j’ai pas le droit de savoir? Mac, je vois bien que tu as peur. Dis-moi ce qui ne va pas. »

« J’ai du travail Harm, et toi aussi, tu devrais retourner dans ton bureau et te mettre à travailler. »

Je baisse immédiatement les yeux pour fixer ma feuille et éviter son regard. Je sens que je vais étouffer, tout se passe si vite en ce moment. Pourquoi tout ce qui se rapporte à Webb accélère et emprisonne ma vie.

Ce n’est pas possible, Webb en vie, il est en vie. Je ne peux pas y croire.

Le temps passe trop lentement depuis que j’ai demandé à Bud de me trouver l’endroit d’où il m’appelle. J’ai même du mal à me replonger dans mon travail. Je n’arrive pas, je n’arrive pas, je veux l’adresse. Je me lève pour aller chercher Bud.

Je ne le vois pas, je fais le tour du plateau avec mes yeux mais je ne le vois pas. Nom d’un chien, où est-il? Où peut-il être à cette heure-ci?

Mais qu’est ce qui m’arrive pourquoi je m’énerve contre Bud. Je me retourne et me retrouve face à Harm.

« Tu sais que tu vas me faire avoir une crise cardiaque. »

« On peux parler. »

« On s’est vu il y a même pas une heure, qu’est ce que tu veux qu’on se dise? Tu n’as pas vu Bud. »

« Si. »

« Vraiment? Il est où? »

« Au tribunal. »

« Mince, je dois le voir. »

« Pour tes appels. »

« Oui. »

« Il m’a donné le résultat, » dit-il en me montrant un papier dans sa main.

« Ah oui? Donnes-moi ce papier. »

« Dans ton bureau, » dit-il avant de me devancer.

Je le suis et ferme la porte.

« Tu comptais m’en parler quand? »

« De quoi? »

« Webb. Il est en vie. »

« De quoi tu me parles? »

« Ces appels, c’était Webb. Il est toujours en vie. »

« Harm, donnes-moi ce papier. »

« Pas avant que tu ne me répondes. »

« HARM!! »

Il me tend le papier et je regarde le listing.

« Manderley, c’est là où se trouve la maison secondaire de sa famille. Quand je travaillais à la CIA, un jour j’ai dû aller le voir là bas. »

« Tu sais où c’est? »

« Oui. »

« Harm, je dois y aller. »

« Pourquoi? »

« J’ai besoin de savoir Harm. »

Je peux voir dans ses yeux qu’il doute, qu’il se demande s’il doit m’aider ou pas. Je sens que son cœur penche entre m’amener à Webb ou m’éloigner de lui. De toute façon, dans les deux cas il sait que j’ai besoin de lui.

A suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Connaissance de Catherine
avatar

Nombre de messages : 1860
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Mar 26 Fév - 19:30

j'adore toujours autant

la suite stp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Dim 9 Mar - 13:26

ça fait longtemps que j'ia pas posté donc voilà 2 suites.

Chapitre 19:


29 juillet 2004
Voiture de Harm
Sur la route de Manderley
4h30 PM heure locale.


Le silence règne totalement entre nous. Aucun ne veut parler de peur que les paroles dépassent nos pensées. Je suis nerveuse et dans ce genre de moment je ne suis plus tout à fait moi. Ça y est je vois la maison près de la mer, il arrête la voiture et on sort. Ni une ni deux je pars en courant vers la maison sous le regard triste de Harm. Je descends rapidement les quelques marches qui mène à la porte d’entrée avant d’entrer puisque la porte n’est pas fermé. La pièce est vie mais soudain:

« Sarah, » dit Clay derrière moi.

Je me tourne et je le vois qui me sourit avant de s’avancer et de me prendre dans ses bras.

« Oh, Sarah. »

« Clay, tu es vivant, mon dieu. »

Je me retiens de pleurer et je m’éloigne de lui.

« Oh, Sarah comme tu m’as manqué, »

J’allais répondre quand la porte s’ouvre de nouveau lorsque Harm rentre. Je me tourne doucement pour le voir et je me sens défaillir en voyant son regard à la vision de moi et Clay.

« Rabb, que faites vous là? » Demande Clay.

« Bravo! Bravo! Bravo, » dit une voix provenant des escaliers qui mènent à l’étage.

On se tourne tous pour voir Simon pointant une arme.

« Simon, » dis-je « mais qu’est ce que….? »

« Bonjour Sarah, Webb, Rabb. Quel beau tableau, la femme perdue entre l’amour d’un agent ou de son partenaire. »

« A quoi ça rime Tanveer? » Demande Webb.

« A quoi rimait mon renvoi, WEBB!? Tu comprends? Vous m’avez viré pour quelles raisons? »

« Tu le sais très bien, » dit Webb entre ses dents.

« Oh, je vois. Alors laisses-moi te faire descendre de ton pied d’estale mon cher. Tu vois Sarah, ton cher Clay ne t’a pas emmené au Paraguay pour une simple raison de mission. Non,….il t’as parlé du pari. »

« TANVEER!!!! »

« La ferme Webb, » dit-il en pointant son arme sur Clay. « Donc je disais, il y avait un pari, celui qui arriverait à sortir avec la femme la plus belle et qui arriverait lors d’une mission. Et il a pensé à toi. Te dire qu’il avait besoin de toi et jouer les pauvres martyrs. L’avantage c’est qu’ainsi il a réussi à la fois à t’avoir et à la fois à t’éloigner de ce qu’il ne s’attendait pas. Rabb. Ce cher Harmon Rabb, l’amour de Sarah Mackenzie. Je vais t’apprendre un truc ma tendre Sarah. Un homme ne démissionne pas et ne vas pas presque affronter la mort juste pour sa simple meilleure amie. Il le fait par amour. »

Je le regarde alors et dans ses yeux je vois que Simon a touché le point sensible et qu’il a raison. On n’en a jamais parlé avec Harm.

« Oh, mais regardez ce beau regard échangé, » dit Tanveer « Tu sais Clay, pendant que tu te morfondais au sujet d’elle, à te dire comment va ma Sarah, j’espère qu’elle va bien? Oh, oui elle allait très bien, elle filait le parfait amour avec son pilote. »

Maintenant c’est Webb que je regarde.

« Par dessus tout le mieux c’est ce qui arrive. Pendant que toi, Clay tu étais avec elle, elle ne cessait de prendre la pilule et de vouloir des rapports protégés et je crois que même après son endométriose elle aurait continué. Mais à peine son cher pilote et elle commence une relation qu’elle fonce à Bethesda pour se faire prescrire un traitement pour accentuer ses chances d’être enceinte. »

« L’appel c’était ça. Les rendez-vous à Bethesda ce n’était pas pour une affaire, » déclare soudain Harm.

« Non, » dis-je en murmurant.

« Mais il a fallu que ce cher Clay l’appelle pour qu’elle se détourne de toi Rabb et fonce dans ses bras. Tu ne l’as pas trouvé plus heureuse ces derniers temps, depuis qu’elle reçoit ces appels mystérieux. »

« Pourquoi tu fais ça? » Lui demande Clay

« Pour que tu souffres Webb. »

« Il ne sera pas le premier, » dit une voix féminine avant qu’un coup de feu ne parte et que Simon s’écroule.

On regarde tous alors la mère de Clay qui se tient en haut des marches une arme à la main.

« C’est un bien mauvais agent. Ça fait deux jours que je l’avais repéré, » déclare-t-elle. « Il ne nous reste plus qu’à avouer sa trahison à Kershaw. »

Elle est calme, comme s’il n’avait jamais pointé d’arme sur son fils. C’est ce qui m’a toujours effrayé chez elle.

« Bien, toute cette histoire est enfin finie, » déclare-t-elle avant de s’avancer vers le corps de Simon.

Je regarde alors Harm et mon cœur ne bat plus quand je vois à quel point il est perdu. C’est assez paradoxal, lui est perdu alors qu’il était celui de nous deux dont les sentiments étaient les plus stables. Au contraire moi, je viens d’ouvrir les yeux.

Il baisse son regard avant de sortir de la maison en silence. Je ne peux pas le retenir je sais qu’il a besoin d’être seul.

« Sarah, » me dit Clay derrière avant que je ne me tourne vers lui. Je n’ai pas le temps de répondre qu’il m’embrasse mais je le repousse assez vite.

« Quoi ? » Me demande-t-il.

« Je ne peux pas. »

« Pourquoi ? »

Nos regards se croisent et je vois de la colère naître dans le sien.

« C’est à cause de lui. »

« Tu le savais. Tu savais que mon cœur lui appartenait et lui appartiendrait toute ma vie. Je ne veux pas laisser passer ma chance. »

« Bien sûr. C’est comme avec Mic, tu attendais que j’ai le dos tourné… »

« Non. »

Je soupire profondément essayant de remettre mes idées en place.

« Clay, tu m’as menti. Je sais que tu ressens des sentiments pour moi et moi je t’aime mais comme un ami. Je t’ai connu au même moment que Harm et nos relations sont différentes. Tu dois comprendre que…tu ne peux pas me forcer à t’aimer. Tu es mon ami, tu m’as menti, tu m’as voulu pour un simple pari. »

« Tu veux vraiment de lui ? Il te brisera le cœur. »

« C’est pas ce que tu viens de faire ? »

Je le fixe avant de sortir moi aussi de la maison sans même lui dire au revoir. L’air frais de la mer souffle sur moi alors que j’atteints l’extérieur.

Harm et moi n’avons pas eu le besoin de se parler pour comprendre notre besoin de solitude. Il est rentré voulant que je m’explique avec Webb mais à ce moment là je n’ai qu’une envie c’est d’être avec lui.

Je prends mon téléphone et appelle un taxi pour qu’il vienne me chercher et me ramène.
Chez moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
majandraelo
Nouveau


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Dim 9 Mar - 13:28

Chapitre 20 :

29 juillet 2004
Appartement de Harm
Nord d’Union Station
10h50 PM heure locale.


Il n’est toujours pas là, je suis seule dans son appartement à attendre le verdict. Mes mains tremblent, je ne devrais pas. On est deux, il ne devrait pas être le seul à prendre la décision. Pourtant je lui laisse le choix. Tout ceci est de ma faute.

J’entends un bruit de clé à l’extérieur et je reconnais immédiatement les siennes. Il ouvre la porte avant d’entrer et je le vois petit à petit, épuisé.

« Salut, » dis-je dans un murmure.

« Salut. »

« Tu rentre tard, t’avais beaucoup de travail ? »

« Assez. »

Il ne me regarde même pas et va directement dans la chambre. Je me lève du canapé où j’étais assise et je vais le rejoindre.

« Harm, il faut qu’on parle. »

« Tu trouve qu’il y a quelque chose à dire. »

« Oui, je crois. »

Il se tourne pour me faire face.

« Mac, arrêtes. »

« Quoi ? Je veux qu’on en parle. C’est toujours moi qui fuis les discussions ces derniers temps mais là je veux parler. »

« Moi non. »

« Pourquoi ? »

« Parce que je ne sais plus où j’en suis, MAC ! » Me dit-il en haussant un peu le ton. « Je croyais certaines choses et aujourd’hui elles se sont avérées fausses. »

« Harm, j’ai rompu avec Clay dès qu’il a franchi la porte pour partir à cette mission. »

« On devrait arrêter. »

« Quoi ? »

Je ne peux pas y croire, tout mais pas ça.

« Harm, ne me demande pas. »

« Si jte le demande. Je ne peux pas continuer. »

« Mais pourquoi ? »

« Parce qu’à chaque fois que je te verrais, je verrais ce regard que tu as eu en le revoyant. Celui que tu as depuis que tu as reçu ces appels. Simon avait raison, tu semblais plus heureuse. »

« Alors tu veux qu’on arrête ? Vraiment ? »

« Je ne peux pas continuer. »

Il se tourne finalement ne pouvant certainement pas affronter mon regard.

« Je te hais, » lui dis-je et à ce moment il me fait face de nouveau.

« Je te demande pardon. »

« JE TE HAIS ! JE TE DETESTE ! COMMENT TU PEUX ME FAIRE CA ? »

« Attends c’est toi qui…. »

« POURQUOI TU ME FAIS CA ? POURQUOI TU ME RENDS DINGUE DE TOI, » je suis en larme quand je lui dis ça. « JE TE HAIS, NON PAS PARCE QUE TU VEUX ME QUITTER, MAIS PARCE QUE DES LE PREMIER JOUR OU T’AS POSE TON SALE REGARD DE PILOTE JE SUIS TOMBEE RAIDE DINGUE DE TOI. »

Je m’arrête de parler un instant pour reprendre mon souffle. En l’espace d’un instant je viens de lui donner tout ce que je viens de découvrir au fond de moi, tout ce que j’avais enfoui.

« J’en peux plus, » repris-je calmement « j’en peux plus de…d’être dépendante à toi. Dès que quelque chose va mal tu es là. Je voudrais m’en sortir seule mais je ne peux pas. Tu es mon oxygène, ma lumière quand je suis plongée dans le noir. Je suis dingue de toi, c’est ça que tu voulais savoir. J’ai cru mourir quand tu sortais avec Jordan parce que tu l’aimais et moi j’étais seule et je t’aimais. Et quand tu es venu au Paraguay, tu m’as montré que tu m’aimais et ce que j’ai ressenti je ne l’avais jamais senti avant. Ce jour là, je suis tombée encore plus amoureuse de toi et j’ai eu peur. »

Je respire un bon coup.

« Je t’aime, Harm. Je ne voulais pas de cette relation j’ai tout fait pour qu’elle n’arrive pas. Parce que je veux que tu sois heureux avec une femme, des enfants. Tout plein de chose que je ne peux pas te donner. Je suis désolée. Mon dieu, ça fait du bien de tout évacué. »

Je m’avance vers les marches de sa chambre pour sortir.

« T’as raison on devrait arrêter. Même si je suis folle amoureuse de toi, je…je me rends compte que…tu dois avoir une meilleure vie que ce que je peux te donner. Tu es quelqu’un de bien et tu mérites une femme bien. Même si je t’aime, je veux que tu sois heureux. »

Je descends les escaliers et laisse couler les larmes sur mes joues encore plus que tout à l’heure. Je prends mes clés et franchit la porte le cœur plus léger mais déchiré pourtant il bat encore comme si un espoir était en vue. Mais un espoir de quoi ?

A suivre pour la fin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cam
Connaissance de Catherine
avatar

Nombre de messages : 1860
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 30/08/2007

MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   Dim 9 Mar - 13:45

J'adore

vivement la suite!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JAG- Save me from my dark [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
JAG- Save me from my dark [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» BoutiqueVoriagh et dark addict Pouvant convenir aux Ega,EGL.
» Corvée terminée !!!!
» Quels sont ces produits MAC que vous avez terminé?
» Dark-orbit !!
» Les Anges de la Mort [5e Cie Dark Angels]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catherine Bell Forum Français :: Espace créations :: Espace Créations :: Tout public-
Sauter vers: